TDPM : la dysphorie prémenstruelle, qu’est-ce que c’est ?

Nos clientes parlent de nos culottes :

Sommaire

Lorsqu’il s’agit du cycle menstruel, de nombreuses femmes connaissent des symptômes désagréables, couramment appelés syndrome prémenstruel (SPM). Mais savez-vous qu’il existe une forme plus sévère de ce syndrome, connue sous le nom de trouble dysphorique prémenstruel (TDPM) ? Moins connu, ce trouble touche pourtant un pourcentage non négligeable de femmes, avec des symptômes bien plus intenses et parfois débilitants.

Qu’est-ce que le trouble dysphorique prémenstruel ?

Le TDPM est une condition médicale sérieuse caractérisée par des symptômes psychologiques intenses qui se manifestent dans la phase lutéale du cycle menstruel, généralement une semaine ou deux avant le début des règles. Ces symptômes peuvent avoir des conséquences importantes sur la qualité de vie, les relations et la capacité d’une femme à fonctionner normalement dans sa vie quotidienne.

Les symptômes du TDPM sont plus sévères que ceux du SPM classique et peuvent inclure une humeur fortement dépressive, une irritabilité ou une colère intenses, des tensions, une sensation de désespoir, et même des pensées suicidaires. D’autres symptômes courants comprennent une fatigue marquée, des troubles du sommeil, une modification de l’appétit et des douleurs articulaires ou musculaires. Si le SPM peut être désagréable, le TDPM est carrément handicapant.

Il est essentiel de comprendre que le TDPM n’est pas simplement une version “plus intense” du SPM. C’est un trouble à part entière, nécessitant une reconnaissance et une prise en charge spécifiques. Bien que la cause exacte du TDPM demeure inconnue, on pense qu’il est lié à des changements hormonaux qui se produisent pendant le cycle menstruel.

Quelles différences observer entre le TDPM et le SPM ?

Pour beaucoup, la ligne de démarcation entre le SPM et le TDPM peut sembler floue. Après tout, les deux conditions partagent de nombreux symptômes en commun, tels que la sensibilité mammaire, les ballonnements, la fatigue et certains changements d’humeur. Cependant, la distinction se fait principalement sur l’intensité et l’impact de ces symptômes sur la vie quotidienne.
Intensité des symptômes : Le TDPM est marqué par des symptômes psychologiques beaucoup plus prononcés. Alors que le SPM peut entraîner de légères fluctuations d’humeur, le TDPM implique des sauts d’humeur plus intenses, comme une tristesse profonde, une irritabilité marquée, voire des pensées suicidaires.

Durée et persistance : Les symptômes du TDPM durent généralement plus longtemps que ceux du SPM. Ils commencent souvent après l’ovulation et peuvent persister jusqu’à l’arrivée des règles, voire quelques jours après.

Impact sur la vie quotidienne : Alors que le SPM peut causer une gêne modérée, le TDPM peut sérieusement entraver la vie quotidienne d’une femme. Cela peut inclure des difficultés à travailler, à entretenir des relations ou à accomplir des tâches quotidiennes.

Traitement : Bien que le SPM puisse souvent être géré avec des remèdes en vente libre et des changements de style de vie, le TDPM peut nécessiter une intervention médicale plus intensive, telle que des médicaments ou une thérapie.

Diagnostic du syndrome prémenstruel

Établir un diagnostic précis entre le Trouble Dysphorique Prémenstruel (TDPM) et le Syndrome Prémenstruel (SPM) est une étape essentielle pour apporter le traitement et le soutien adaptés. Voici comment procèdent généralement les médecins pour diagnostiquer ces troubles.

Journal des symptômes

Le diagnostic du TDPM ou du SPM commence souvent par la tenue d’un journal des symptômes. Les femmes sont encouragées à noter quotidiennement leurs symptômes pendant au moins deux cycles menstruels consécutifs. Cela permet d’identifier des modèles récurrents et d’évaluer la sévérité des symptômes.

Évaluation clinique

Le médecin généraliste ou le gynécologue effectuera une évaluation clinique complète, discutant en détail des symptômes ressentis. Il est essentiel de parler ouvertement de l’impact de ces symptômes sur la qualité de vie, tant sur le plan physique que psychologique.

Critères du DSM

Pour un diagnostic officiel de TDPM, les critères établis par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) doivent être respectés. Selon ce manuel, au moins cinq symptômes spécifiques doivent être présents dans la semaine précédant les règles et s’améliorer quelques jours après le début des règles, pendant au moins deux cycles menstruels consécutifs.

Exclusion d'autres affections

Il est crucial d’exclure d’autres conditions médicales ou psychiatriques qui pourraient expliquer ou exacerber les symptômes. Des troubles tels que la dépression, l’anxiété, les troubles de la thyroïde, ou d’autres affections peuvent présenter des symptômes similaires à ceux du TDPM ou du SPM.

Évaluation hormonale

Bien que les niveaux hormonaux puissent être normaux chez les femmes atteintes de TDPM, certains médecins peuvent tout de même suggérer des tests pour évaluer les niveaux d’hormones comme la progestérone et l’œstrogène durant différentes phases du cycle menstruel.

Une fois le diagnostic établi, il est possible de discuter des différentes options thérapeutiques et des mesures de prise en charge.

Comment soigner le trouble dysphorique prémenstruel ?

Le Trouble Dysphorique Prémenstruel (TDPM) peut avoir un impact significatif sur la vie quotidienne d’une femme. Heureusement, plusieurs traitements peuvent aider à gérer et à atténuer les symptômes.

Traitement hormonal

Étant donné que les symptômes du TDPM sont étroitement liés aux fluctuations hormonales du cycle menstruel, le traitement hormonal peut être efficace. Cela pourrait inclure la prise de contraceptifs oraux, qui régulent les hormones, ou l’administration d’hormones comme la progestérone durant la phase lutéale du cycle.

Antidépresseurs

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) se sont avérés efficaces pour traiter les symptômes du TDPM, en particulier pour l’humeur dépressive, l’irritabilité et la fatigue. Ces médicaments peuvent être pris en continu ou uniquement lors de la phase lutéale du cycle.

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

Cette approche thérapeutique peut aider les femmes à identifier et à gérer les symptômes du TDPM en modifiant leurs pensées et comportements négatifs. La TCC peut être particulièrement bénéfique pour les femmes qui éprouvent des symptômes psychologiques intenses.

Modifications du style de vie

Certaines femmes trouvent un soulagement en apportant des modifications à leur mode de vie. Cela pourrait inclure une alimentation équilibrée, une activité physique régulière, la limitation de la caféine et de l’alcool, ou la pratique de techniques de relaxation comme la méditation ou le yoga.

Compléments et traitements naturels

Certains compléments, comme le calcium, le magnésium, la vitamine B6 et les acides gras oméga-3, peuvent aider à réduire les symptômes. Cependant, il est essentiel de consulter un professionnel de santé avant de prendre des compléments pour s’assurer qu’ils sont appropriés et sécuritaires. Evidemment, l’efficacité des traitements peut varier d’une femme à l’autre. Une approche personnalisée, basée sur les symptômes spécifiques et leur intensité, est généralement la meilleure stratégie. Une communication régulière avec un professionnel de santé permet d’ajuster le traitement en fonction des besoins.

Qui consulter pour le trouble dysphorique prémenstruel ?

Lorsque vous soupçonnez être atteinte de TDPM ou lorsque les symptômes commencent à affecter votre qualité de vie, la première étape est d’en parler à un professionnel de santé.

Médecin généraliste : C’est souvent le premier point de contact. Il ou elle peut évaluer la situation, proposer des traitements initiaux et, si nécessaire, orienter vers un spécialiste.

Gynécologue : En tant que spécialiste de la santé féminine, le gynécologue est particulièrement bien placé pour discuter des symptômes du TDPM, recommander des traitements et proposer des solutions hormonales.

Psychiatre ou psychologue : Si les symptômes sont principalement psychologiques (comme une humeur dépressive sévère), une consultation avec un psychiatre ou un psychologue peut être bénéfique. Ils peuvent fournir des thérapies et, le cas échéant, prescrire des médicaments.

Endocrinologue : Dans certains cas, les déséquilibres hormonaux peuvent nécessiter l’intervention d’un endocrinologue, spécialiste des glandes endocrines et des hormones.

Il est essentiel de discuter ouvertement de vos symptômes et de la manière dont ils affectent votre vie quotidienne. La bonne nouvelle est que, avec le bon soutien et le traitement approprié, de nombreuses femmes trouvent des moyens efficaces de gérer leur TDPM.

Le Trouble Dysphorique Prémenstruel (TDPM) est une condition complexe qui peut sérieusement affecter la qualité de vie des femmes. Reconnaître ses symptômes et comprendre ses mécanismes est le premier pas vers une prise en charge efficace. En étant proactive et en recherchant le soutien et les traitements adaptés, il est possible de naviguer à travers cette période difficile avec résilience et espoir. Si vous ou une personne que vous connaissez présentez des symptômes de TDPM, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé pour obtenir le soutien nécessaire.

Culotte menstruelle : une charge mentale en moins au moment des règles

La culotte menstruelle, en tant qu’alternative aux produits d’hygiène menstruelle traditionnels, suscite un grand intérêt depuis quelques années en raison de sa praticité, son aspect écologique, mais c’est aussi un grand pas vers la gestion du bien-être émotionnel pendant la période des règles. Le confort, l’absence de produits chimiques irritants, et la discrétion sont une vraie révolution pour nombre d’entre nous. 

On peut citer la culotte menstruelles Aura par exemple qui en plus d’etre une culotte de règles efficace et saine, à la capacité de apaiser les douleurs de règles. La partie avant et arrière de la culotte est fabriquée avec un tissu technologique breveté qui aide à la bonne oxygénation des cellules. Une avancée notoire dans la gestion des symptômes menstruels. En savoir + sur la marque >>

Sur le même sujet