Le body-posi ou comment voir son corps en mode positif

Tu en as ras-le-bol de voir toujours les mĂŞmes types de visages et de corps Ă  la tĂ©lĂ© ou dans les magazines ? Tu en as assez des photos de mannequins retouchĂ©es Ă  l’extrĂŞme qui donnent une vision altĂ©rĂ©e de la rĂ©alitĂ© ? Tu aimes ton corps comme il est et tu encourages tes amis.es Ă  avoir une meilleure estime d’eux ? Alors, peut-ĂŞtre sans le savoir, tu fais partie du mouvement Body Positive (aka mouvement Body Posi ou BOPO pour les intimes). Focus sur ce concept social qui n’a cessĂ© de prendre de l’ampleur avec l’avènement de l’Internet et des rĂ©seaux sociaux. Loop te dit tout sur le positif body et t’aide Ă  dire stop aux tabous et aux complexes !

Un peu d’histoire

Le body positive est apparu en 1996. On le doit Ă  l’organisation The Body Positive, fondĂ©e par Elisabeth Scott et Connie Sobczak, Ă  la suite de la mort de la sĹ“ur de Connie. Cette dernière avait dĂ©veloppĂ© des troubles alimentaires durant son adolescence. Le but de cette organisation est de promouvoir l’acceptation et l’estime de soi en aidant les personnes Ă  avoir une bonne image d’elles-mĂŞmes. 

Les normes de beauté sont dictées par des constructions sociales aussi il est important de savoir s’en défaire pour s’accepter et accepter les autres tels qu’ils sont. Ces dernières années le mouvement a grandi : il ne s’arrête plus à la morphologie (bien que le combat contre la grossophobie et les discriminations liées au surpoids soit particulièrement fort), il englobe aussi la couleur de peau, le corps post-partum, la pilosité, etc…

La (bonne) influence des réseaux sociaux

Depuis, l’ampleur de Body positive n’a cessé de croître, en particulier avec les réseaux sociaux. Des influenceuses et des influenceurs postent des photos de leur corps avec leurs défauts ; ces clichés sont souvent accompagnés de messages d’acceptation et d’encouragement à la fois positifs et bienveillants ! On comprend dès lors pourquoi ils sont suivis au quotidien par des milliers voire des millions de followers. Ils donnent une bonne dose de bonne humeur et d’espoir ! Et qu’est-ce que ça peut faire du bien !

Les comptes et les hashtags Ă  suivre

Sur Instagram le hashtag #bodypositive regroupe plus de 15,5 millions de publications. La plupart sont des femmes ayant dĂ©cidĂ© de s’assumer telles qu’elles sont ! Cela n’est pas du hasard car on sait que le rapport au corps est souvent liĂ© aux luttes fĂ©ministes. De nombreux comptes valent le dĂ©tour, n’hĂ©site pas Ă  faire des recherches par hashtag pour trouver la personnalitĂ© qui t’inspirera le plus. 

Apprendre à s’aimer et à se connaître

Le but du body positive est d’apprendre à s’aimer soi-même, à s’accepter telle qu’on est et à être à l’aise dans son corps (comme dans sa tête). Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise morphologie. Le constat est simple : la beauté naturelle est la plus belle qui soit ! Elle mérite d’être montrée, valorisée, diffusée, photographiée ou filmée. On oublie les diktats et les idéaux de beauté d’un autre temps et l’on s’autorise tout ce que l’on s’était jusque-là interdit.

Comment pratiquer le body positive ?

Devant un miroir (nue de préférence), regarde ton corps dans sa globalité puis concentre-toi sur les parties de ton corps que tu apprécies. Ensuite, examine celle(s) que tu n’aimes pas en essayant de leur trouver un point positif.

Le plus important dans cette attitude est d’arrêter de se comparer aux autres. La comparaison est nocive pour l’amour de soi.

Les limites du body positive

Et oui ! Il y a une limite Ă  tout ça ! Bien que cette idĂ©e soit associĂ©e Ă  la bienveillance, elle rencontre un certain nombre de limites. Il peut ĂŞtre difficile d’ĂŞtre positive body du jour au lendemain. Aimer son corps tel qu’il est consiste en un vrai travail psychologique et l’on n’est peut-ĂŞtre pas toutes prĂŞtes Ă  le faire ou l’on n’en a tout simplement pas l’envie ! Et ça aussi ça doit ĂŞtre OK !

Plus encore, cette injection Ă  l’acceptation de soi peut ĂŞtre dĂ©stabilisante voire culpabilisante. Chez Loop, on pense que chaque femme est unique et a le droit s’aimer comme celui de ne pas s’aimer. Il est aussi normal de ne pas ĂŞtre totalement satisfaite de son apparence et de vouloir changer quelque chose ici et lĂ  pour ĂŞtre en adĂ©quation avec soi ! Bref, on aime toutes les femmes du monde quelles qu’elles soient !

Loop : une marque française engagée dans la diversité

Si tu ne suis sur les réseaux sociaux, notamment sur notre compte Instagram, tu peux te rendre compte que nos photos ne sont pas retouchées et que nos modèles sont des vraies femmes de la vraie vie : de petite ou de grande taille, avec de la cellulite, des vergetures, des rondeurs, des cicatrices, des boutons ou encore des plis de peau ! La normalité quoi ! Celle que tu vois au quotidien devant ton miroir !

Bref, toi aussi prends part au combat initié par Connie Sobczak et Elizabeth Scott ! Sois à l’aise dans ton physique, dans ta tête, y compris durant tes règles, car il n’y a rien de mieux ! Vois la vie en mode body positivisme <3 !

Loop culottes menstruelle

Pertes blanches Ă©paisses : normal ou pas ?

Chez Loop nous avons à cœur de briser tous les tabous c’est pour cela que nous allons aujourd’hui nous intéresser aux sécrétions vaginales denses. Sont-elles normales ? Que signifient-elles ? À quel moment s’inquiéter ? Je réponds à toutes tes questions concernant les pertes blanches épaisses.

Les pertes blanches épaisses liées à ton cycle menstruel

Selon la période de ton cycle menstruel, tu as du le remarquer, tes pertes blanches évoluent : elles peuvent être tantôt sèches, collantes, crémeuses, liquides ou même épaisses. Ces pertes blanches épaisses apparaissent généralement dans les jours qui entourent l’ovulation. De même, les leucorrhées qui précèdent les règles peuvent être plus compactes et/ou abondantes. Leur importance varie d’une femme à une autre car elle dépend notamment de la sécrétion d’œstrogènes.

Ces pertes blanches abondantes lubrifient ton vagin, l’aident Ă  rester propre en Ă©vacuant les Ă©ventuelles saletĂ©s et, durant la phase ovulatoire, facilitent la progression des spermatozoĂŻdes. 

Loop culottes menstruelle

Les pertes blanches durant la grossesse

Les pertes blanches chez la femme enceinte sont plus abondantes qu’en temps normal, elles s’expliquent par une sécrétion hormonale plus importante. Chez la femme enceinte, cette augmentation significative peut intervenir dès la troisième semaine de grossesse. Ces pertes peuvent être tellement abondantes au point d’en devenir gênantes : elles peuvent même mouiller ta culotte ! Cela n’est pas grave, tu peux porter nos culottes Loop durant ta grossesse, elles te permettront de rester fraîche et propre en toute circonstance ;).

Par ailleurs, durant le premier trimestre, ces leucorrhées coagulent pour former le bouchon muqueux. En fin de grossesse, ce bouchon muqueux peut s’effriter avec la dilatation du col, provoquant là encore des pertes blanches épaisses, parfois teintées de sang.

Les pertes blanches Ă©paisses anormales

La glaire cervicale évolue au fur et à mesure de ton cycle menstruel. Comme elle est étroitement liée à ta production hormonale, elle peut varier en volume et en couleur sans que cela puisse être inquiétant ou anormal. Ce qui doit plutôt t’alerter c’est le fait que ces pertes soient associées à d’autres symptômes :

  • si elles sont accompagnĂ©es de dĂ©mangeaisons ou de sensations de brĂ»lures,
  • si les rapports sexuels deviennent gĂŞnants ou douloureux,
  • si leur couleur est Ă©trange (si elles tirent sur le vert, le gris ou le jaune vif),
  • si elles dĂ©gagent une odeur forte et dĂ©sagrĂ©able (similaire Ă  du poisson pourri),
  • si leur texture ou leur aspect sont suspects : qu’elles ressemblent Ă  du lait caillĂ© ou qu’elle prĂ©sentent de la mousse en surface, par exemple,
  • etc…

Si tu constates un ou plusieurs de ces symptĂ´mes, il est important de consulter ton gynĂ©cologue ou ton mĂ©decin. En effet, ces manifestations peuvent ĂŞtre le signe d’une infection sexuellement transmissible ou non comme une mycose vaginale (une candida albicans par exemple).

Mon conseil

Pour éviter tout déséquilibre de la flore vaginale, je te conseille de ne pas porter de vêtements trop serrés ou de limiter l’usage des toilettes intimes. Contrairement aux idées reçues, les infections vaginales comme les mycoses sont rarement dues à une mauvaise hygiène intime. C’est même plutôt l’inverse : une sur-utilisation de produits trop agressifs peut favoriser leur apparition ! Je te dis à bientôt pour un nouvel article sur ton utérus et ses mystères 🙂

Découvrez la sélection de culottes menstruelles Herloop :