Polyménorrhée : pourquoi mon cycle est plus court ?

Nos clientes parlent de nos culottes :

Sommaire

Le mot polyménorrhée est associé à un cycle menstruel plus court que la moyenne. Ce qui veut dire qu’on peut avoir ses règles plusieurs fois dans le mois. Ce qui éveille souvent des inquiétudes et des questions. Qu’est-ce qui détermine la durée d’un cycle menstruel ? Est ce que cela joue sur notre fertilité ? Doit-on s’inquiéter ? Pour comprendre retour rapide sur les phases du cycle menstruel et les raisons qui peuvent rendre un cycle plus court.

Le cycle menstruel : ce qu'il faut savoir

Le cycle menstruel est un processus naturel qui se déroule en moyenne tous les 28 jours, bien que cette durée puisse varier d’une femme à l’autre. Ce cycle, sous-tendu par des variations hormonales, se divise en plusieurs phases distinctes :

Première étape : Les règles, le signal de départ

C’est l’amorce du cycle. Durant cette période, l’utérus élimine sa muqueuse. Cela se traduit par des saignements vaginaux, couramment appelés “règles”, et qui durent habituellement de 3 à 7 jours.

Deuxième étape : La phase folliculaire ou œstrogénique

À ce stade, l’ovaire se met en action pour préparer un ovule en vue de l’ovulation. Les œstrogènes, en grande forme, stimulent la maturation des follicules et favorisent l’épaississement de la muqueuse utérine, anticipant une potentielle grossesse.

Troisième étape : La phase d'ovulation

C’est la phase clé du cycle. Vers le milieu du cycle, généralement autour du 14ème jour pour un cycle de 28 jours, l’ovule est libéré. C’est le moment propice à la conception.

La phase lutéale

Suite à l’ovulation, le follicule laissé derrière se transforme en corps jaune. Celui-ci produit de la progestérone, préparant l’utérus à recevoir un embryon. Si l’ovule n’est pas fécondé, le corps jaune s’estompe, entraînant une baisse des niveaux de progestérone et marquant ainsi le début d’un nouveau cycle.

Quelle est la durée moyenne d’un cycle menstruel ?

La durée moyenne d’un cycle menstruel est de 28 jours, En réalité, pour bon nombre d’entre nous, le cycle oscille entre 21 et 35 jours. Et pour les jeunes adolescentes ? Eh bien, c’est un peu plus variable, allant de 21 à 45 jours. Il est essentiel de noter que la régularité est plus indicatrice de la “normalité” que la durée exacte du cycle. On peut avoir des cycles régulièrement plus courts ou plus longs et cela peut être tout à fait normal.

Cependant, si des variations soudaines de la durée ou de la régularité du cycle surviennent, cela pourrait indiquer un déséquilibre ou un problème de santé sous-jacent. La durée du cycle est souvent influencée par divers facteurs tels que l’âge, le mode de vie, la santé générale et les changements hormonaux.

Qu'appelle t-on un cycle menstruel court ou polyménorrhée ?

La polyménorrhée, bien que moins discutée que son contraire, l’aménorrhée (absence de règles), est un phénomène qui inquiète de nombreuses femmes. C’est la situation où les cycles menstruels sont anormalement courts, généralement inférieurs à 21 jours.
En d’autres termes, si une femme a ses règles tous les 20 jours ou moins, elle peut être considérée comme souffrant de polyménorrhée.

Lorsque l’on parle de “cycles courts”, cela fait référence non seulement à la fréquence des menstruations, mais aussi à une réduction potentielle de la phase lutéale. Une phase lutéale courte peut avoir des implications sur la fertilité, car elle réduit la fenêtre pendant laquelle un ovule peut être fécondé et s’implanter avec succès dans l’utérus.

Quelles sont les causes d'un cycle menstruel court ?

Déséquilibre hormonal

Tout comme le cycle menstruel est régulé par des hormones, tout déséquilibre peut affecter sa durée. Une faible concentration de progestérone pendant la phase lutéale ou une production excessive d’œstrogènes peut raccourcir le cycle.

L'âge

On vous en parlait dans un précédent article sur la pré-ménopause, les cycles de nombreuses femmes deviennent irréguliers à l’approche de la ménopause. Les menstruations peuvent survenir plus fréquemment, conduisant à des cycles plus courts.

Problèmes thyroïdiens

La thyroïde, qui régule le métabolisme, peut également influencer la durée et la régularité du cycle menstruel. Les troubles thyroïdiens, qu’ils soient hyperthyroïdie ou hypothyroïdie, peuvent entraîner des cycles menstruels courts.

Le poids

Le poids peut influencer la production d’hormones. Être en sous-poids ou perdre beaucoup de poids en peu de temps peut réduire la durée du cycle

Le stress

Le stress chronique ou aigu peut jouer un rôle dans la perturbation du cycle menstruel. Il peut retarder les règles voire les stopper net car il affecte la production d’hormones.

Pathologies de l'utérus ou des ovaires

Les fibromes, les polypes ou les infections peuvent également être la cause de cycles courts. Il est important de consulter un gynécologue ou un professionnel de la santé pour évaluer la cause exacte d’un cycle menstruel court, surtout s’il est associé à d’autres symptômes ou si une femme envisage une grossesse.

Doit-on s’en inquiéter d'un cycle court ?

Bien qu’un cycle court puisse simplement être la “norme” pour certaines d’entre nous, il faut être attentive à toute modification soudaine ou persistante de notre cycle menstruel. Dans certains cas, un cycle court peut indiquer des problèmes de santé sous-jacents ou des déséquilibres hormonaux qui pourraient avoir des implications sur notre santé.

Un cycle court peut également avoir un impact sur la fertilité. Une phase lutéale réduite peut compliquer la conception, car l’ovule dispose de moins de temps pour être fécondé et s’implanter.

Voilà pourquoi il est important de surveiller régulièrement la durée et la régularité de son cycle et de consulter un gynécologue si des changements sont observés, notamment si ces changements s’accompagnent d’autres symptômes tels que des saignements abondants, des douleurs ou des irrégularités persistantes