1ères règles et 1er tampon : une étape obligatoire. Vraiment ?

Chez Loop, on souhaite que les règles ne soient plus un tabou. Mieux encore, nous voulons que cette période, qui revient chaque mois, ne nous empêche pas de vivre comme on le souhaite, et ce quel que soit notre âge !

Aussi, si ta fille ou ta petite sœur s’apprête à avoir ses première règles, voici un article que l’on a spécialement écrit pour elle, pour lui parler de la meilleure façon de vivre ce grand chamboulement.

Pourquoi les serviettes et les tampons pour les jeunes filles, ce n’est pas si cool ?

Avant l’arrivée des culottes menstruelles, les jeunes filles qui avaient leurs premières règles ne disposaient que de deux options : les tampons et les serviettes hygiéniques. Et pourtant, l’une comme l’autre ne sont pas tops ! Outre leurs compositions pas très nettes, elles ne sont pas faciles à mettre et sont très peu pratiques. On t’explique pourquoi !

Généralement, lors de ses premières règles, une jeune fille est tentée par la serviette hygiénique. Si elle peut paraître facile à utiliser pour une première fois, elle présente toutefois des inconvénients majeurs. Il peut arriver que tu ressentes des irritations à cause du frottement voire des démangeaisons en ayant une réaction allergique à leur contact : c’est d’ailleurs très fréquent puisque l’on estime que près de 30% des femmes y sont allergiques ! À cela s’ajoute, le fait qu’elles dégagent de mauvaises odeurs, surtout lorsqu’il fait chaud et que tu peux te retrouver bloquée en n’ayant pas de poubelle à disposition pour la jeter…  Bref, cette première solution est loin d’être la bonne, alors qu’en est-il du tampon lorsque l’on est une jeune fille ?

Chez Loop, nous avons bien compris que le Tampax lorsqu’on commence tout juste à avoir ses règles, n’est pas la meilleure des solutions. Pourquoi cela ? Tout simplement parce que lui aussi n’est ni pratique ni idéal. En effet, son utilisation peut être source d’angoisses, de peurs et de douleurs. Il peut être difficile à mettre et à retirer : en somme, une vraie galère quand on est toute jeune.  Or, quand l’on est une ado de 12, 13, 14 ou 16 ans, comme toi, on a bien mieux à faire que de se sentir obligée de mettre des tampons ou des serviettes ! 

Avec Loop inutile de te poser la question “Peut-on mettre des tampons à 14 ou 12 ans ?” car on a la meilleure solution qui soit ! 

Focus sur Firstloop, notre culotte menstruelle pour ado !

Firstloop : pour vivre tes règles sereinement

Comme tu l’as vu, la prise en main de ton 1er tampon peut être source d’angoisses et d’inconfort alors pour pallier ce problème choisis un sous-vêtement menstruel Loop. Aussi, chez Loop, on te conseille nos culottes menstruelles Firstloop pour accueillir tes premières règles en douceur et en sécurité ! On t’explique pourquoi elles sont parfaites en 4 arguments ! Tu es prête ? C’est parti !

Ta culotte TEXTO t’accompagne partout

Nous sommes certaines que notre jolie culotte magique va te plaire : avec elle aucune fuite ni mauvaise odeur ne sont à craindre. Mieux encore, grâce à la culotte menstruelle Firstloop, tu peux même oublier tes règles en ne changeant pas tes petites habitudes : enfile-la à ton réveil, pars à l’école ou à tes activités extrascolaires comme si de rien n’était ! Tu peux porter ta culotte de règles tout au long de ta journée de cours car elle offre jusqu’à 12 heures de protection. 

Inutile donc, quand on est une jeune fille, de prévoir des tampons ou des serviettes de rechange dans ton sac (sa capacité d’absorption équivaut à deux tampons) !

Grâce à elle, tu continues à faire ce qu’il te plait !

Si notre culotte est tant plébiscitée par les jeunes filles comme toi, ce n’est pas pour rien ! Elle sait se faire oublier et te permet de continuer à faire ce qui compte pour toi ! Aller à l’école, bien sûr même si ce n’est pas toujours cool, mais aussi sortir avec tes amis ou aller au sport. Firstloop est efficace dans toutes les activités et les positions (que tu sois assise, debout ou allongée).

En elle, cours, amuse-toi, rigole… en un mot : continue à vivre comme tu l’entends !

En plus, elle s’entretient facilement et est écoresponsable.

Ta journée est presque terminée ? Après avoir enlevé ta culotte, il suffit de la rincer à l’eau froide. Ensuite, direction la machine dans un sac de lavage avec le reste de ton linge à 30°C. Un peu de lessive suffit !

Tu souhaites remettre ta culotte rapidement ? Dans ce cas, tu peux la laver à la main à l’eau froide et du savon doux ! Elle sèche rapidement. Sache toutefois que nous te conseillons de la passer dans la machine à laver au moins une fois par cycle !

Tu apprécieras aussi ta culotte de règles pour ses qualités éco responsables et écologiques. Nous n’utilisons pour sa conception aucun produit chimique. En plus, en la choisissant tu fais un beau geste pour la planète Terre en évitant que des centaines de tampons et de serviettes ne se retrouvent dans la nature !

Et pour finir, elle est vraiment jolie <3

Notre dernier argument et non des moindres : elle est super belle ! Quoi de mieux pour te sentir bien dans ta tête et dans ton corps que de porter un vêtement qui soit à la fois confortable, pratique, efficace et esthétique ? La culotte Texto est aujourd’hui déclinée en deux coloris : en noir (sobre et passe-partout) et corail (pour mettre un peu de couleur dans ta vie !). Le petit détail que l’on adore ? Le liseré doré de son élastique ! Chez Loop, on en est sûre : tu vas en faire des envieuses !

Avec cet article, tu l’auras compris : quand on est une ado de 12, 13 ou 14 ans, pas la peine de se prendre la tête à utiliser des tampons ou des serviettes hygiénique car il existe désormais une solution beaucoup plus simple : la culotte de règles Texto par Loop !

Ce texte t’a plu et tu veux en savoir davantage sur tes premières règles ? Lis notre article consacré à ce sujet !

publié le 8 décembre 2020

Pourquoi calculer ton cycle menstruel peut te faciliter la vie ?



Calculer son cycle menstruel te permet de pouvoir anticiper l’arrivée de tes règles, et peut t’aider à mieux utiliser n’importe quelle protection hygiénique. 

Cela est également utile, si tu n’utilises pas de contraception hormonale, pour connaître ta période de fertilité et ainsi de t’aider à concevoir un bébé (ou à l’inverse t’aider à ne pas tomber enceinte).

Le cycle féminin est fait de 3 parties : 

  • la phase folliculaire (préparation d’un ovule)
  • l’ovulation 
  • la phase lutéale (épaississement de la muqueuse utérine en vue de recevoir l’œuf = l’ovule). 

Comme tu as pu le voir dans un de nos articles précédents, de nombreuses applications mobile peuvent t’aider. Cependant il est tout à fait possible de calculer ton cycle menstruel de manière non digitale… On t’explique comment 😉


Calcule ton cycle grâce au calendrier :

Il te faudra dans un premier temps savoir combien de temps dure ton cycle en moyenne. Généralement un cycle dit « classique » dure environ 28 jours.

Pas de panique, 28 est une moyenne, il est tout à fait possible que tes cycles soient plus courts, ou plus longs, cela ne signifie pas qu’il y a un problème, bien au contraire 🙂

On considère comme le premier jour de ton cycle, le premier jour de tes règles. Il te suffit ensuite, de compter le nombre de jours jusqu’aux prochaines règles ! Ton ovulation se trouve au milieu de ce cycle, soit 14 jours pour un cycle de 28 jours. 

Tu seras en période de fécondité 4 jours avant et 2 jours après ce jour d’ovulation. Certaines femmes ressentent certains symptômes lors de cette période : douleurs aux ovaires, sauts d’humeur… Ce qui peut aider à savoir que tu es bien en période fertile

14 jours après l’ovulation, les règles arriveront (sauf si il y a fécondation). Tu peux anticiper leur arrivée en enfilant notre string menstruel London, ou notre culotte menstruelle Paris, 1 ou 2 jours avant la date « fatidique » pour éviter le stress de la tâche : cela te permet également de ne pas porter de protections hygiéniques jetables pour « rien », ou de tampons qui peuvent assécher ton vagin si tu les portes hors période de règles.

Ce calcul demande d’être fait sur plusieurs mois pour pouvoir avoir une réelle moyenne, si tes règles débutent par de faibles pertes de sang nous te conseillons de calculer à partir du jour le plus abondant.


La méthode symptothermique :

Si tes cycles sont irréguliers, ce qui arrive à beaucoup de femmes, il existe une autre méthode ; il s’agit de celle du thermomètre

En prenant sa température tous les matins à la même heure avant de se lever, avec le même thermomètre (attention, ici tu auras besoin d’un thermomètre assez précis), dès le dernier jour des règles, tu pourras connaître ta date d’ovulation.

En effet la température est basse (entre 36,1 et 36,7) dans la première période du cycle, soit les 14 jours premiers jours de ton cycle (14 ou plus, en fonction de la durée totale de ton cycle).

La température remonte ensuite lors de l’ovulation. Puis, elle reste au-dessus des 37° jusqu’à la fin du cycle. Le pic de remontée de température marque l’ovulation (en liaison avec l’augmentation du taux de progestérone).

Tes règles arriveront normalement 14 jours (encore une fois ou plus de 14 jours, si ton cycle est plus long) après ce pic de température si il n’y pas eu de fécondation.


Les tests d’ovulation :

En dernier recours il est aussi possible d’utiliser des tests d’ovulations. Ces derniers se trouvent en pharmacie ou sur internet.

Ce sont des tests urinaires qui permettent grâce au taux d’hormones LH de définir si ton corps est prêt à ovuler. Il est conseillé de les utiliser 2 ou 3 jours avant la date présumé d’ovulation.

Lorsque le petit + ou le petit sourire apparaît cela signifie que c’est positif et que tu seras fertile pendant 4 ou 5 jours. Si il n’y pas de fécondation tes règles arriveront une quinzaine de jours après.

Attention…

Cependant nous souhaitons attirer ton attention sur le fait que le cycle menstruel n’est pas une science exacte ! Certaines femmes ovulent plusieurs fois au cours d’un même cycle, d’autres n’ovuleront pas du tout certains mois. 

De nombreux facteurs peuvent rentrer en ligne de compte tel que : le stress, un choc émotionnel, une perte de poids importante, un dérèglement hormonal… Ceci peut bloquer l’ovulation ou même les règles de nombreuses femmes : il en faut peu pour dérégler ce mécanisme de précision. 

Si toutefois cela t’arrive, ne t’inquiète pas, tout rentre généralement dans l’ordre rapidement. En revanche, si tu ressens des douleurs, si ton cycle parait déréglé pendant plusieurs mois, ou si tu as des questions à ce sujet, n’hésite pas à en parler à ton médecin ou à ton gynécologue, qui reste la meilleure personne pour te renseigner à ce sujet.

Aujourd’hui, de nombreux gynécologues pratiquent le « rendez-vous en visio », ce qui te permet de poser toutes tes questions, si tu penses qu’un examen physique n’est pas nécessaire 🙂

publié le 18 novembre 2020

Zoom sur les protections féminines lavables

Pendant de nombreuses années, les protections hygiéniques féminines ont été associées au terme jetable. On estime qu’en moyenne une femme utilise entre 11 000 et 15 000 protections hygiéniques ; or un tampon met près d’un demi-millénaire pour se décomposer. De plus, la composition des tampons et des serviettes hygiéniques a été plusieurs fois pointée du doigt.

Partant de ce constat, on a cherché à concevoir de meilleures protections pour la femme en alliant efficacité, sécurité et écologie. De plus en plus d’alternatives durables, réutilisables, et lavables voient le jour.

Focus sur les nouvelles protections hygiéniques 2.0 qui, en plus, d’aider à réduire ta production de déchets sont meilleures pour ta santé. 

Pourquoi se tourner vers les protections féminines lavables ?

Trois principaux grands arguments plaident en la faveur des protections féminines lavables.

  1. Le premier est bien entendu l’écologie : comme leur nom l’indique, elles sont réutilisables. Aussi, grâce à elle, tu réduis considérablement ta production de déchets et donc ton impact sur l’environnement ; qui plus est, elles sont, le plus souvent, réalisées dans des matières respectueuses de l’environnement et exempts de produits chimiques. Mère nature te dira merci !
  2. Le deuxième argument et non des moindres sont les économies que tu réalises. Fini tous les mois la même galère d’aller au supermarché ou à l’épicerie de quartier acheter ta boite de tampons ou de serviettes hygiéniques : ta protection hygiénique lavable est déjà à ta disposition dans ton tiroir et elle te suivra pendant plusieurs années ! Et ça, c’est quand même bien cool !
  3. Enfin, en faisant ce choix écologique et économique, tu contribues également à préserver ta santé en évitant bien des perturbateurs endocriniens, des substances toxiques potentiellement cancérigènes ou du moins allergisantes (glyphosate, hydrocarbure, phtalates, chlore)… 

Les serviettes hygiéniques lavables

La serviette hygiénique réutilisable fonctionne de la même façon que son homologue jetable. Tu la places dans ta culotte et tu l’attaches en dessous grâce à des pressions. Cette protection hygiénique lavable est réalisée à partir de tissus très absorbants ; selon les marques, elle peut être faite en coton, en fibre de bambou ou encore en chanvre.

Les coupes menstruelles (les cups) 

La cup est elle aussi une protection hygiénique lavable. Il s’agit d’un petit récipient en silicone médical hypoallergénique que tu places à l’intérieur de ton vagin, un peu comme un tampon. La coupe menstruelle recueille ton flux. Elle aussi est réutilisable pour chaque cycle menstruel et ce pendant plusieurs années (à la condition d’être bien entretenue).

Pour s’assurer d’une bonne hygiène, il est recommandé de la placer dans une casserole d’eau bouillante avant de l’utiliser en début de cycle et à la fin (avant de la ranger) jusqu’au mois prochain. Entre temps, il suffit de la laver à l’eau claire et au savon (sous ta douche par exemple).

La coupe menstruelle doit être pliée (plusieurs solutions de pliage te sont proposées) avant d’être insérée dans ton vagin. L’insertion est certainement l’étape la plus délicate d’utilisation de cette sorte de protection hygiénique lavable. Tu peux la garder jusqu’à 12 heures (tout dépend de ton flux bien sûr). Pour la retirer, il faut la pincer légèrement entre les doigts. 

A priori, bien que moins risquée qu’un tampon classique, la coupe menstruelle ne préserve pas pour autant du syndrome du choc toxique.

Les tampons réutilisables

Les tampons réutilisables sont une autre solution de protection hygiénique lavable. Il s’agit d’une bande de tissu en coton qui s’enroule sur elle-même et qui s’insère dans le vagin. Comme les tampons hygiéniques jetables, ils se gardent jusqu’à 8 heures.

Pour les laver, il faut les frotter et les rincer. Ensuite, direction la machine à laver dans un sac à linge avec le reste de tes vêtements.

Une autre alternative de tampon réutilisable existe, mais elle n’est pas forcément très écologique : il s’agit de l’éponge de mer. Pour l’utiliser, il faut l’imbiber d’eau tiède, la presse pour enlever le surplus d’eau et la mettre en place. Elle se retire comme un tampon classique. Il faut alors la rincer à l’eau froid, puis la laver à l’eau chaude avec du savon avant de la remettre. 

Les tampons réutilisables ou les éponges de mer doivent être désinfectés en début et à la fin des règles.

Les pétales interlabiaux

À mi-chemin entre le tampon et la serviette hygiénique, le pétale interlabial est lui aussi, une alternative écologiques aux protections menstruelles jetables habituelles.

Cette mini protection hygiénique lavable se plie entre les lèvres. Elle peut être utilisée de différentes façons : 

  • pour rediriger le flux vers l’avant ou l’arrière pour ne pas saturer ta serviette hygiénique trop rapidement ; 
  • pour pré-recueillir le sang menstruel que ta serviette hygiénique n’aurait pas le temps d’absorber elle même ;
  • tu peux également l’utiliser en complément de ta cup ou de ton tampon ;
  • ou même seule. Le pétale interlabial est notamment intéressant si tu pratiques le flux instinctif. Il permet d’éviter les petites fuites qui peuvent survenir en cas de rire ou de toux.

Le pad interlabial se lave comme toutes les autres protections hygiéniques lavables. Il faut, par contre, faire attention à ne pas l’oublier en allant aux toilettes !

Les culottes menstruelle : la meilleure alternative ! 

De jolies et élégantes petites culottes absorbant ton flux menstruelle ? Tu en rêvais ? Loop l’a fait ! Nous avons imaginé différentes gammes de culottes de règles pour chaque moment de ta vie !

En plus, comme il s’agit d’une culotte (presque comme les autres) tu peux l’enfiler avant d’avoir tes règles ! Comme ça tu fais ce qu’il te plait sans y penser !

Comment la protection hygiénique lavable Loop est-elle faite ? Nos sous-vêtements sont constitués de trois couches de tissus :

  • du coton au contact de ta peau. Cette matière naturelle est confortable et douce tout en permettant de canaliser ton flux,
  • un tissu technique qui en plus de canaliser ton flux neutralise les odeurs,
  • et un tissu imperméable mais respirant

Nos culottes ont été pensées pour être confortables, écologiques, hygiéniques et faciles à entretenir. Il suffit de rincer ta culotte à l’eau froide jusqu’à ce que l’eau redevienne claire. Ensuite directement le tambour de ta machine (à 30°C) avec tes autres vêtements. Enfin fais-là sécher à l’air libre !

Les solutions de protections hygiéniques lavables sont donc très nombreuses ; il y en a forcément une qui te correspond ! Mais, si tu veux en savoir plus sur notre culotte Loop, rendez-vous ici !

publié le 27 octobre 2020

De quelles couleurs sont les règles ? Que signifient-elles ?


Généralement on ne prête que peu d’attention à la couleur de nos règles, sauf quand elles prennent une couleur qui sort de l’ordinaire et lorsqu’elles sont associées à des symptômes plus inquiétants. On te conseille de prendre l’habitude de surveiller la couleur de tes menstruations car elles sont un bon indicateur de ta santé.

La couleur des règles : tout un camaïeu de rouges

Chez Loop, on ne te le dira jamais assez : avoir ses règles est un phénomène tout à fait normal et naturel. Ce sang n’est pas sale. C’est pour cela que nous avons imaginé des culottes menstruelles parfaites pour que tu sens bien dans ton corps durant cette période !

Pour commencer cet article, sache qu’il est normal que la couleur des règles change au cours de ton cycle.

J’ai des règles roses

Avoir des règles roses est normal, en particulier le premier jour du cycle menstruel. En effet, à cette période le sang et encore bien mélangé à la glaire cervicale provenant de ton vagin. Or, ces sécrétions vaginales sont de couleurs blanchâtres aussi lorsqu’elles sont mélangées au sang rouge des règles, elles donnent cette couleur rosâtre caractéristique. 

Par ailleurs, de nombreuses femmes prenant une contraception constatent elles aussi cette couleur de règles roses. À quoi cela est-il du ? Les contraceptifs ont tendance à limiter la production d’œstrogènes ce qui rend le sang moins riche et donc plus clair.

Enfin, on tient à te parler d’un cas particulier : des saignements vaginaux s’apparentant à des règles roses et qui peuvent survenir au début de la grossesse. Lorsque l’ovule a été fécondé par un spermatozoïde, il s’implante dans l’endomètre (la muqueuse utérine) en le déchirant légèrement : cela peut induire de petits saignements roses. Là encore, il n’y a pas lieu de s’inquiéter ! Tout va bien !

Les règles rouges à Bordeaux

Le rouge est la couleur à laquelle on associe les règles. Pour autant, on devrait plutôt parler de “rouges” au pluriel car le spectre de teintes que peut prendre le sang à cette période est très large. Il peut arriver que tu aies des règles rouge foncé : cette couleur des règles s’explique par l’oxydation du sang au contact de l’air. Aussi, si tu as des règles marron ou rouge bordeaux, surtout au début et à la fin de ton cycle (lorsque ton flux est moins abondant), c’est normal.

Tu peux aussi, parfois, remarquer la présence de caillots. Ne panique pas ! Cette coagulation a pour but de ralentir le flux.

Quand consulter ton médecin ?

Tu as remarqué au fond de ta culotte une couleur de règles étrange ? À quel moment dois-tu consulter ? Quels sont les éléments auxquels tu dois prêter attention ? Loop te dit tout dans la suite de cet article consacré à la couleur des règles !

Avoir des règles orange

Avoir des règles orange ou tout autre sécrétions vaginales dans ces tons est généralement synonyme d’infection. La plus connue est la vaginose bactérienne. Bien que cette teinte puisse aussi s’expliquer par le mélange de ton sang menstruel à tes sécrétions vaginales, nous ne pouvons que t’encourager à consulter (surtout si cette couleur de règles est associée à une odeur étrange, des démangeaisons ou toute autre sensation désagréable).

C’est gris, que faire ?

Il en est de même des menstruations de couleur grise. Cette teinte peut être, elle aussi, le signe d’une infection vaginale. De plus, si tu constates des saignements rouges comportant de petits caillots grisâtres, il est, là aussi, important de consulter : cela peut être le signe d’une fausse-couche.

Mes règles sont noires

Tu as constaté que tes règles sont noires ou, du moins, plus foncées qu’à l’ordinaire (rouge très foncé) ? Qui plus est, tu as de la fièvre, des difficultés à uriner ou ton sang menstruel dégage une mauvaise odeur, dans ce cas il est important que tu prennes rendez-vous auprès d’un professionnel. Ces symptômes peuvent indiquer la présence d’un blocage au niveau du vagin qui provoque une oxydation anormale du sang. Donc si au moment de tes règles le sang est noir : il est important que tu consultes ton gynécologue rapidement.

La couleur de mes règles est normale mais j’ai d’autres symptômes suspects….

La couleur des règles n’est pas le seul élément à prendre en compte : il peut arriver que tes règles aient leur teinte habituelle mais qu’elles ne soient pas normales pour autant. Si, par exemple, tu as des règles roses mais que tu sens fatiguée cela peut être le signe d’une anémie (un manque de fer dans ton organisme) ; de même, une perte de poids importante ou une alimentation déséquilibrée peuvent rendre tes règles plus claires.

Si ton sang est rouge vif mais que tes règles durent plus d’une semaine ou qu’elles deviennent très abondantes, il vaut mieux consulter ton gynécologie. Ces changements peuvent signifier, entre autres, la survenue de certaines maladies thyroïdiennes ou la présence de fibromes (petites tumeurs bénignes) dans l’endomètre.

J’ai des pertes marron après les règles

Si tu constates des pertes marron après tes règles ou du moins foncés en dehors de tes menstruations habituelles, cela peut signifier la présence d’un fibrome, aussi il est important de consulter. À l’inverse, si ces règles marron surviennent en début ou en fin de cycle c’est normal : cela est dû à l’oxydation du sang en contact avec l’oxygène. Si c’est en début de cycle, il arrive parfois que tu aies l’impression que tes règles ont du mal à débuter et que tu perdes du sang marron pendant quelques jours avant le début de tes règles : cela peut être le signe d’un petit dérèglement hormonal, n’hésite pas à en parler à ton gynécologue ou ton/ta pharmacien.ne.


Conclusion

De manière générale, si tu constates un changement dans la couleur habituelle de tes règles, si tu ne te sens pas bien (fatigue, douleurs…) ou même si quelque chose te paraît anormal (cycle irrégulier, abondance, odeur, texture…), il est important d’en parler et de ne pas laisser les choses traîner.

Si tu observes des pertes de sang sans explications en dehors de tes règles ou pendant une grossesse, il peut être là aussi nécessaire de solliciter un avis médical. Tu te poses des questions sur ce phénomène ? Tu peux consulter notre article sur le spotting.

Le mot de la fin : Prends le temps d’écouter ton corps, apprends à le connaître et à le comprendre avec bienveillance car il n’y a pas de meilleure façon que de s’assurer de sa santé !

publié le 14 octobre 2020

Tout comprendre sur le flux instinctif libre

Le flux instinctif libre (ou FIL), tu n’en as jamais entendu parler ? Les 3 petits mots qui le composent peuvent déjà t’aider à comprendre en quoi consiste cette pratique.

 

  • Flux comme flux menstruel : il sera donc question des règles
  • Instinctif comme instinct : il s’agira d’écouter ton corps et de te faire confiance
  • Libre comme liberté : cette pratique te conférerait plus de liberté lors de te règles

Peut-être as-tu maintenant une première idée sur le FIL ? Pas d’inquiétude, nous aborderons ensemble dans cet article ce qu’est le flux instinctif libre, comment le pratiquer, ses avantages et inconvénients, mais aussi quelques conseils si tu te sens prête à sauter le pas.

 

Le flux instinctif libre, kézako ? 

Le Free Instant Flow, ou flux instinctif libre (ou encore FIL pour les intimes) consiste tout simplement à se passer de toute protection hygiénique pendant ses règles.

Comment ? L’idée pour les femmes adeptes de cette pratique, est de retenir consciemment son flux (donc le sang), et de le relâcher lorsqu’elles arrivent aux toilettes. Vivre ses règles comme on peut vivre avec sa vessie, aller se “soulager” lorsqu’on sent que le sang coule.

Sur le papier, cette pratique ferait presque “rêver” : être maîtresse de son corps, de ses cycles menstruels, de ses règles. 

Car en effet, un des avantages premiers du FIL est que pour le pratiquer, il faut être à l’écoute de son corps, ce qui implique de reconnecter à celui-ci et à ses cycles.

 

 

Et dans la pratique, comment ça se passe ? 

Dans la pratique, le FIL se pratique comme tel : lorsque le sang de tes règles s’écoule, il passe dans un premier temps de ton utérus à ton vagin, avant de s’écouler dans un second temps le long de ton vagin jusqu’à l’extérieur de ton corps. Le but est d’agir sur la seconde partie de ce processus.

Tu devras te concentrer afin de sentir le sang couler le long de ton vagin, et avant que celui-ci ne soit expulsé en dehors de ton corps, contracter le périnée et muscles pelviens (ce qui implique du coup, d’avoir un périnée assez musclé) afin de retenir le flux à l’intérieur du vagin, jusqu’au moment où tu pourras aller aux toilettes le “vider” : tu choisis donc le moment où tu évacues ton sang.

 

Les avantages du flux instinctif libre

 

Une pratique économique

Et oui ! Plus besoin de protections hygiéniques = de nombreuses économies réalisées, surtout lorsqu’on sait qu’une femme dépense en moyenne 15€ par mois en protections hygiéniques.

 

Une pratique écoresponsable 

Ici encore, la logique est de rigueur car si tu n’utilises plus de protections, tu n’en jetteras plus non plus. Quand on sait qu’une seule protection met plus de 500 ans à se dégrader, utiliser “simplement” ton périnée permet de limiter la catastrophe écologique 🙂 (même si, on te l’accorde cela peut paraître plus facile à dire qu’à faire…)

 

Devenez votre meilleure alliée

“Hé, psssst, t’as pas une serviette hygiénique ?” Tu te rappelles de ce moment gênant, que nous avons déjà toutes vécu ? Avec le FIL terminé, tu es ta meilleure amie, ta meilleure alliée !

 

Un autre rapport au corps

 

Comme on te le disait plus haut, avec cette pratique tu apprends aussi et surtout à écouter et à comprendre ton corps, au point que cela devienne un déclic, sensation d’écoulement du sang = contraction du périnée. Tu prends réellement conscience que l’on peut contrôler son corps et honnêtement, il y a de quoi être fière !

Les inconvénients du flux instinctif libre 

 

La nécessité d’être concentrée

On ne te fait pas un dessin, mais si tu décides de te lancer tu devras très certainement, dans les premiers temps, faire de gros efforts de concentration afin de sentir ton flux s’écouler mais aussi de le retenir. Cela implique de mettre de côté le stress, mais aussi de te rappeler de rester concentrée en toutes circonstances (rappelle-toi ce moment où vous avez explosé de rire avec tes amies en sirotant un cocktail ;))

 

Toujours avoir des toilettes à proximité

Et ceci est im-pé-ra-tif, au moins pour les premiers temps ! Car on te le rappelle, lorsque tu as tes règles, le sang ne s’écoule pas d’une seule traite, ce n’est pas non plus un flux continu, mais de petits écoulements qui peuvent être réguliers ou non, qui impliqueront de te déplacer aux toilettes pour te “vider” plusieurs fois dans la journée.

 

Les difficultés d’une telle pratique la nuit

 

Comment continuer de pratiquer le flux instinctif libre lorsque tous les muscles sont relâchés pendant ton sommeil ?

Même si on dort, le sang lui continue de s’écouler… Pour certaines femmes adeptes de cette pratique le réflexe de contracter le périnée perdurerait pendant la nuit.

 

Une pratique non accessible à toutes les femmes

En fonction de ton flux, tu seras plus ou moins “éligible” au flux instinctif libre. En effet, pour les flux légers à normaux cette pratique sera plus facile que pour les flux abondants ou la sensation de sang qui s’écoule peut vite devenir très fréquente, voire permanente.

Quelques conseils pour bien débuter

Tu es décidée à franchir le cap ? Respire profondément, fais le vide dans ton esprit, concentre-toi sur toi et ton corps mais surtout n’oublie pas, les ratés font partie de l’aventure, surtout au début ! Il te faudra très certainement plusieurs cycles avant d’arriver au résultat escompté.

 

La peur d’avoir sa culotte tachée peut être handicapante pour certaines, c’est pourquoi nous te conseillons d’opter pour la culotte menstruelle en complément de la pratique du flux instinctif libre : sérénité garantie ! La culotte de règles constitue une transition écologique et saine aux protections hygiéniques classiques. Elle te permettra de ne pas te faire de frayeur sur les premiers cycles mais également la nuit, où tu pourras relâcher tes muscles et ton corps, pour un repos bien mérité !

Enfin, garde en tête que le flux instinctif libre c’est avant tout une affaire de ressenti. L’important c’est que tu t’écoutes et que tu y ailles à ton rythme.

C’est toi et ton corps : que tu aies décidé de simplement tester, d’y passer de manière définitive, ou si tu ne te sens pas à l’aise avec cette idée, chaque corps, chaque cycle menstruel, chaque flux est différent et personne ne te connaît mieux que toi !

 

publié le 25 septembre 2020

Comment bien choisir la taille de ta culotte menstruelle Loop ?

Tu n’es pas sûre de choisir la bonne taille ? Tu hésites peut-être en deux tailles ? Il est parfois difficile de savoir quelle taille sera la plus adaptée à ton corps, en fonction des différents modèles, formes, etc… Nous sommes là pour t’accompagner dans ce choix.

Afin de t’aiguiller au mieux, nous t’avons concocté ce petit article afin de te fournir le plus d’informations possibles ainsi que quelques recommandations pour que tu n’aies plus aucun doute en choisissant la taille de ta culotte menstruelle Loop.

Toutes les tailles de nos culottes ont été revues pour s’adapter encore mieux aux corps de chacune. Ta taille de culotte Loop est désormais la même que celle de tes culottes classiques. De plus, de nouvelles tailles font leur apparition, toute la nouvelle collection Her Loop est maintenant disponible du XS au 3XL.

Les 3 étapes clés pour bien choisir sa taille

Etape 1 : Munis-toi d’un mètre de couture et prends tes mesures au niveau de la partie la plus large de ton bassin

Etape 2 : Consulte notre guide des tailles pour savoir quelle taille te correspond

Etape 3 : Il te reste encore quelques doutes, lis nos petits conseils juste après, pour pouvoir te conforter dans ton choix

Le guide des tailles – Gamme Her Loop (nouvelle collection)

Nos recommandations pour te sentir au mieux dans ta culotte menstruelle Loop

Même après avoir consulté notre guide des tailles, il te reste encore quelques petits doutes. Pas de soucis, tu trouveras juste ici tous nos conseils pour t’accompagner au mieux dans le choix de ta culotte Loop : 

– Si tu te situes entre deux tailles, prends la taille la plus grande, il n’y a rien de plus désagréable que de se sentir serrée dans sa culotte de règles.

– Pour plus de précisions dans la prise de mesure, n’oublie pas de :

  • Prendre tes mesures en sous-vêtements pour qu’elles ne soient pas faussées par tes vêtements 
  • Être debout et bien droite 
  • Demander de l’aide à quelqu’un si besoin 

Si tu as encore des doutes sur la taille à choisir ou que tu as d’autres questions, n’hésite à nous laisser un commentaire ici, à nous contacter sur nos réseaux sociaux ou via notre formulaire de contact.

Pas d’inquiétude s’il s’avérait que tu t’étais trompée dans la taille, tu peux nous renvoyer ta culotte sans frais, si elle n’a jamais été portée et se trouve dans son emballage d’origine. Rien de plus simple, non ?

publié le 14 septembre 2020

Le spotting : qu’est-ce que c’est ?

En te rendant aux toilettes, tu as constaté une tache de sang sur ta jolie culotte alors que tes règles ne doivent pas arriver avant deux semaines ? C’est ce que l’on appelle le spotting.

De nombreuses femmes y sont confrontées et se posent de nombreuses questions à son sujet. De quoi s’agit-il au juste ? Que signifie-t-il ? Quand peut-il survenir ? Doit-il inquiéter ou non ? Loop te répond !

C’est quoi le spotting ?

La plupart du temps, le spotting est sans gravité. “Spot” est un mot anglais qui signifie “tache”. Il désigne les petits saignements au niveau du vagin qui peuvent survenir en dehors de la période des règles. Ces saignements se différencient des menstruations car ils sont moins abondants (ils s’effectuent par gouttes et ne sont pas continus), généralement plus foncés (de couleur brun clair) et indolores. 

Les culottes menstruelles peuvent également être utilisées durant cette période ; grâce à elle, tu ne tacheras plus tes autres sous-vêtements tout en continuant à te sentir sexy et belle ! Chez Loop nous te conseillons notre string menstruel London ou notre culotte Paris pour gérer tes spottings car ils sont très confortables, jolis, antibactériens, anti-odeurs et écologiques !

A quel moment le spotting peut-il survenir ?

Le spotting peut intervenir à tout moment de ton cycle menstruel. S’il peut faire peur, il est pourtant très fréquent. Il peut survenir pendant une grossesse, après un rapport sexuel, un examen gynécologique ou entre les règles. Aussi, la plupart du temps, il n’y a pas lieu de s’inquiéter !

Spotting : quelles en sont les causes ?

Comme nous allons le voir, plusieurs facteurs peuvent entraîner l’apparition de spotting et ce à n’importe quel moment du cycle, que tu prennes une contraception ou non.


L’ovulation

La libération d’un ovule des ovaires peut causer ces taches de sang. D’ailleurs, le spotting peut intervenir, de façon plus générale, lorsque le taux d’œstrogènes augmente au moment où l’ovule n’a pas été fécondé.

Les premières règles

Un spotting peut annoncer l’arrivée de tes premières règles. Tu le reconnaîtras par sa couleur marron et au fait qu’il ne soit pas continu. Loop a imaginé une culotte spécialement conçue pour les ados : leur coupe est adaptée à leur morphologie. Grâce à la culotte TEXTO, tu oublieras tes règles !


Un dérèglement hormonal

Un dérèglement est la principale cause de la survenue de ces saignements en dehors des règles. En effet, les œstrogènes et la progestérone sont les deux principales hormones qui assurent la régulation du cycle féminin, or si elles viennent à se désaccorder, elles peuvent provoquer ces spottings.

Plusieurs facteurs conduisent à la survenue d’un dérèglement hormonal : il peut être notamment induit par ta méthode contraceptive hormonale. Si tu viens de commencer, de changer, ou d’interrompre une contraception hormonale, quelle qu’elle soit, il se peut que les hormones qu’elle contient ne te conviennent pas ou que tu ne les supportes pas. Cela entraîne très souvent du spotting. Par ailleurs, les contraceptions faiblement dosées en œstrogènes font saigner plus souvent que celles plus fortement dosées. Ces saignements peuvent aussi intervenir si tu as oublié de prendre ta pilule, Pour autant, il ne faut pas brusquement arrêter ta contraception. Le mieux est d’en parler à ton médecin ou ton gynécologue : il peut suffire de quelques mois pour que tout rentre dans l’ordre et si ce n’est pas le cas, il te conseillera une autre méthode de contraception.

Outre le recours à une contraception hormonale, d’autres situations peuvent venir perturber ton équilibre hormonal comme le stress, la fatigue, les émotions fortes, le jet-lag (décalage horaire), le syndrome prémenstruel ou encore la pré ménopause. Dans ce cas, le mieux est de te reposer : tout devrait rentrer dans l’ordre !

Des saignements provoqués par une grossesse

Il existe aussi des spottings de grossesse, aussi appelés hémorragies d’implantation : ce phénomène peut se produire au moment de la nidation. C’est-à-dire lorsque l’embryon s’implante dans l’utérus. Bien que le terme puisse faire peur, il est tout à fait bénin.

De plus, durant les trois premiers mois de grossesse, des saignements peuvent survenir à la date prévue des règles. On les appelle alors “règles anniversaires”. Elle n’excèdent pas les 2 ou 3 premiers mois de grossesse et n’ont pas d’impact sur son évolution.

Par ailleurs, le spotting peut aussi être associé à des grossesses anormales (travail prématuré ou grossesses extra-utérines) et aux fausses-couches. Aussi, si tu es inquiète à ce sujet, le mieux est de consulter ton médecin. 

Après un rapport sexuel ou un examen gynécologique

Enfin, il peut arriver qu’à la suite d’un rapport sexuel ou d’un examen gynécologique tu saignes un peu. Les causes possibles de saignements après un rapport peuvent être un manque de lubrification ou une sécheresse vaginale. Une fois encore perdre un peu de sang en de rares occasions n’a rien d’anormal. 

Certaines maladies gynécologiques

Enfin, le spotting peut aussi être dû à certaines affections comme une maladie sexuellement transmissible, un fibrome utérin, un polype, une endométriose, une endométrite ou une adénomyose. Sois rassurée, la plupart les infections se soignent facilement si elles sont prises à temps. 

Peut-on continuer à faire l’amour ?

La réponse est oui ! Le spotting n’empêche pas d’avoir de rapports sexuels. Et c’est tant mieux !

Quand est-il bon de consulter ?

En règle générale le spotting n’est pas grave. Cependant, on te conseille d’appeler ton docteur si :

  • le spotting dure plus d’une dizaine de jours (on parle dans ce cas de métrorragie),
  • il s’installe durablement,
  • tu es enceinte ou si tu penses l’être,
  • tu ressens des crampes ou des douleurs au moment du spotting,
  • tu as eu des relations sexuelles non protégées.

Seul ton médecin ou ta gynécologue peut te prescrire un traitement adapté. De manière générale, n’hésite-pas à consulter si tu as la moindre interrogation ! Après tout, il vaut mieux prévenir que guérir !


publié le 21 juillet 2020

Les règles douloureuses

De nombreuses femmes et jeunes filles sont touchées par ce trouble qui peut s’avérer très handicapant. Les règles douloureuses, aussi appelées dysménorrhées dans le jargon médical, peuvent avoir différentes causes et s’accompagner de plusieurs symptômes.

Comment différencier les règles douloureuses de l’endométriose ? Comment peux-tu soulager tes maux ? Quand faut-il consulter ?

Pourquoi a-t-on mal quand on a ses règles ?

Les règles douloureuses s’expliquent par une trop grande production de prostaglandines (PG). Les prostaglandines permettent la contraction de l’utérus nécessaire à l’évacuation de l’endomètre. Or, des recherches ont montré que le sang des règles des femmes ayant des menstruations douloureuses contient une plus grande quantité de prostaglandines. Par conséquent, le lien entre les douleurs menstruelles et la surproduction de PG pourrait être établi.

Les symptômes des règles douloureuses

Les règles douloureuses sont très fréquentes. On estime qu’environ 75% des femmes connaissent des douleurs menstruelles au moins une fois dans leur vie. Les symptômes sont variables : il peut s’agit de crampes dans le bas ventre, de diarrhée, de fatigue, de nausées, de vomissements, de céphalées, etc… Par ailleurs, ces règles douloureuses peuvent être précédées par le syndrome prémenstruel (acné, rétention d’eau, changement d’humeur, fatigue…).

Règles douloureuses ou endométriose ?

L’endométriose est une maladie plus courante qu’on le ne croit. On estime ainsi que plus de 10% des femmes âgées de 15 à 50 ans souffre d’une endométriose à des degrés divers.

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une maladie chronique qui entraîne une migration anormale des cellules de l’endomètre en dehors de l’utérus. À la fin du cycle menstruel (durant les règles), on a constaté que chez la plupart des femmes certaines cellules de l’endomètre remontent et migrent vers les trompes de Fallopes pour se disperser dans l’abdomen. C’est le reflux menstruel. Normalement, le système immunitaire élimine ces cellules.

Or, lorsqu’une femme est atteinte d’endométriose, ces cellules ne disparaissent pas et le tissu endométrial se développe hors de l’utérus. Il se greffe sur certains organes (vessie, rectus, paroi instestinale, plus profondément dans l’utérus…) et crée des adhérences, des lésions ou des kystes ovariens. L’endométriose est une maladie particulièrement complexe qui se développe différemment d’une femme à une autre. C’est pour cela que son diagnostic peut être long.

Quels en sont les symptômes ?

L’endométriose est un trouble complexe. Elle peut aussi bien être asymptomatique que très douloureuse, sans que ces symptômes soient en rapport avec l’importance des lésions. Ainsi, une femme peut être touchée par une endométriose sans pour autant ressentir la moindre douleur. De plus, les spectres de symptômes sont très larges car ce mal n’affecte pas toutes les femmes de la même façon.

Toutefois, l’un des dénominateurs communs de l’endométriose semble être la douleur. Cette algie peut se traduire par des règles douloureuses, mais aussi durant les rapports sexuels, pour aller aux toilettes, ou de manière fréquente au plancher pelvien…. Ces douleurs sont très invalidantes et ne peuvent pas être soulagées par un simple antalgique ou anti-spasmodique (paracétamol ou flurbiprofène).

Comment différencier des règles douloureuses d’une endométriose ?

Nous tenons à te rassurer : tu peux parfaitement avoir des règles douloureuses sans pour autant être atteinte d’endométriose. Si les troubles disparaissent par la prise d’un antalgique, tu n’as pas de raison de t’inquiéter. Par contre, si ces douleurs reviennent à chaque cycle menstruel, qu’elles augmentent et qu’elles ne passent pas en prenant un antalgique, il est alors préférable que tu consultes ton gynécologue. Lui seul pourra poser le diagnostic adéquat.

Avoir des règles douloureuses ou une endométriose, ce n’est pas la même chose : chacun de ces troubles requiert un traitement adapté.

Quelques remèdes contre les règles douloureuses

Il existe plusieurs remèdes qui peuvent t’aider à mieux vivre cette période du mois. 

Les méthodes médicales

Il faut savoir que la prise d’un contraceptif peut aider à atténuer cette dysménorrhée et peut même, dans certains cas, faire disparaître totalement les règles ! Pour soulager la douleur, tu peux aussi prendre des anti-inflammatoires non-stéroïdiens. En revanche, évite l’aspirine qui provoque des règles plus abondantes et plus longue.

Les méthodes naturelles

Tu préfères les remèdes naturels ? Pas de problème ! Les médicaments et la contraception ne sont pas les seuls moyens capables de t’aider.

La diminution de la douleur menstruelle se fait notamment grâce à la détente : prends un bon bain, mets une bouillotte sur ton ventre, sors prendre l’air, fais un peu de sport, pratique le yoga… En étant bien dans ton corps et dans ta tête, tu vivras cette période plus sereinement.

Par ailleurs, l’alimentation et le mode de vie jouent également un rôle majeur dans le soulagement des règles douloureuses. Loop te conseille de ne pas manger trop de sucre raffiné ou de produits laitiers (ils induisent une stimulation de la sécrétion de prostaglandines) ; de même évite la consommation de café, de sel, de tabac et d’alcool. À l’inverse, il est bon de favoriser une alimentation équilibrée riche en fruits et en légumes, en céréales et en oméga-3. De même, veille à bien t’hydrater !

Tu peux aussi t’aider de certaines plantes connues pour leur vertus apaisantes voire antispasmodiques comme l’achillée millefeuille, la mélisse, l’alchémille, l’estragon, le fenouil ou l’armoise.

À quel moment est-il nécessaire de consulter ?

Il est fréquent que les femmes et les jeunes filles pratiquent l’automédication pour soulager leurs règles douloureuses ; de manière générale, ça ne pose pas de problème. Cependant, il devient important de consulter si :

  • les douleurs ne sont pas soulagées par la prise d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens et le recours aux remèdes naturels,
  • si les douleurs sont particulièrement violentes et/ou qu’elles entraînent des malaises, de la fièvre ou des vomissements,
  • si tes règles sont arrivées avec du retard et qu’elles sont plus douloureuses (il pourrait s’agir d’une grossesse extra-utérine),
  • si le sang menstruel est noir et accompagné de caillots. De même générale, un changement anormal de la couleur du sang des règles nécessite une consultation chez un spécialiste,
  • si tes règles sont anormalement abondantes.

Outre ces symptômes particulièrement significatifs, avoir ses règles ne doit pas être synonyme de gêne, de honte ou de douleurs handicapantes, c’est pourquoi, nous te conseillons de consulter ton médecin ou ton gynécologue si tes douleurs menstruelles t’empêchent de vivre normalement.

publié le 8 juillet 2020

Toutes tes questions sur la durée du cycle menstruel

Toutes les femmes ne sont pas réglées comme un papier à musique ; certaines doivent attendre plusieurs mois avant de voir leur règles revenir alors que d’autres les voient arriver quelques jours seulement après la fin des précédentes.

Alors combien de jours durent les règles ? Pourquoi peut-on avoir une durée de cycle menstruel irrégulière ? On t’aide à y voir plus clair. Ensemble, dédramatisons ce sujet, car, après tout, avoir ses règles c’est tout à fait naturel !

Le cycle menstruel : qu’est-ce que c’est ?

La durée du cycle menstruel comprend la période qui commence le premier jour des règles et se termine le premier jour des règles suivantes. Il se poursuit s’il n’y a pas eu fécondation.

Combien de jours maximum pour un cycle menstruel ?

Il est généralement admis que le cycle menstruel dure 28 jours mais il peut être plus court et plus long. Il peut varier de 21 à 35 jours. Aussi si ton cycle ne fait pas exactement 28 jours, il n’y a pas de quoi s’inquiéter ! 

Concrètement le cycle menstruel se divise en deux phases.

La première phase est celle que l’on nomme ‘“œstrogénique” ou “folliculaire” et dure la première moitié du cycle.

Chaque follicule ovarien abrite un ovule. Ces follicules ovariens grandissent grâce à la production de l’hormone FSH sécrétée par l’hypophyse. À la fin, un seul seulement arrive à maturité et les autres disparaissent. Dans le même temps, les ovaires sécrètent des oestrogènes afin que l’endomètre (la muqueuse utérine) puisse s’épaissir pour accueillir un oeuf si une fécondation intervient.

L’augmentation progressive du taux d’œstrogènes dans le sang conduit à la libération soudaine de l’hormone lutéinisante (elle aussi sécrétée par l’hypophyse). Le follicule dominant se brise et délivre un ovule : c’est l’ovulation.

Cet ovocyte descend le long de de la trompe de Fallope pour atteindre l’utérus. Cette étape dure en moyenne 3 ou 4 jours. L’ovule est fécondable pendant 24 heures environ. S’il n’y a pas fécondation, il dégénère.

La seconde phase est dite “progestéronique” ou “lutéale”. En raison de la production de l’hormone lutéinisante, le follicule ayant libéré l’ovule devient un corps jaune qui produit temporairement des oestrogènes et de la progestérone. Cette dernière agit sur l’épaississement de l’endomètre qui s’enrichit de nutriments. 8 jours environ après l’ovulation, la production de progestérone atteint son maximum pour ensuite fléchir (l’hypophyse ayant stoppé la sécrétion d’hormone lutéinisante). C’est alors que le corps jaune entame sa détérioration (du 23ème au 28ème jour environ), ce qui entraîne la diminution du taux d’oestrogènes.

À la suite de ces fluctuations hormonales, l’endomètre n’est plus autant alimenté en oxygène et en sang. Elle dégénère à son tour et est évacuée par le vagin : ce sont les règles.

Combien de temps durent les règles ?

La durée des règles varie d’une femme à une autre. Elle est, en moyenne, de 3 à 7 journées.

Il n’y a pas de réponse unique à la question “Combien de jours maximum pour un cycle menstruel ?” : on ne te le dira jamais assez, chaque femme est unique !

Pourquoi mon cycle menstruel est-il irrégulier ?

Certains cycles peuvent être plus longs que d’autres. Quand cela est-il normal et quand est-il bon de consulter ?

Puberté et premières règles

Si tu viens d’avoir tes premières règles il est normal que la durée de ton cycle menstruel ne soit pas encore régulière. Durant l’adolescence, le corps subit un véritable chamboulement hormonal, ce qui provoque des cycles courts ou, au contraire, très longs. Certaines adolescentes mettent plusieurs années à avoir un cycle menstruel régulier.

Aussi si tu n’as pas eu tes règles depuis plusieurs mois, il n’y pas de raison de s’inquiéter (à moins que tu n’aies eu de rapports sexuels non protégés, auquel cas il est important de réaliser un test de grossesse et de contacter ton médecin traitant ou ton gynécologue). 

Le mode de vie en cause

Une activité physique trop intense associée à une masse graisseuse trop faible peuvent conduire à une augmentation du stress de ton organisme. Ce dernier envoie alors un signal à ton cerveau afin de lui ordonner de stopper la production d’hormones de fertilité. Il n’y a pas de quoi s’alarmer : en freinant un peu l’activité physique, les choses devraient revenir à la normale. 

À l’inverse, un surpoids trop important est lui aussi source de dérèglement du cycle menstruel ; car lorsqu’il est en surpoids, le corps de la femme a tendance à sécréter davantage d’oestrogènes. Les règles se font généralement plus irrégulières, plus longues et plus abondantes. De plus, d’autres maladies peuvent être induites comme l’endométriose ou le cancer de l’endomètre.

De manière générale, un changement important de poids dans un court laps de temps, peut mettre ton corps à rude épreuve et affecter la fréquence des règles.

La fatigue et les troubles du sommeil sont eux tout autant de facteurs de dérèglement du cycle menstruel. De même que des nuits chaotiques, des horaires de travail décalés, des voyages fréquents à l’étranger sous des fuseaux horaires différents, peuvent engendrer une durée de cycle menstruel variable.

La contraception et certains traitements

Certains traitements et médicaments peuvent venir perturber les récepteurs hormonaux et donc conduire à une modification du cycle des règles. De surcroît, certains types de pilules (notamment progestatives ou micro-dosées) et d’implants contraceptifs peuvent provoquer l’arrêt des règles ou, du moins, affecter leur régularité.

La préménopause

Le cycle hormonal est de nouveau perturbé pendant la période précédent la ménopause. Outre plusieurs symptômes souvent associés à la préménopause (fatigue, prise de poids ou encore bouffées de chaleur), les règles sont font plus irrégulières et les saignements moins abondants.

Certaines maladies engendrent une durée de cycle menstruel irrégulière

Enfin, certaines maladies peuvent expliquer une irrégularité du cycle menstruel. C’est le cas notamment de l’endométriose, pour laquelle nous avons déjà consacré un article.

Cycle menstruel et grossesse

Une grossesse entraîne un arrêt du cycle menstruel et donc des règles. Certaines femmes doivent attendre plusieurs mois avant de constater une reprise des règles (c’est ce que l’on appelle le retour de couche). Il te faudra probablement attendre plusieurs mois pour retrouver un équilibre.

Je n’ai pas eu mes règles ce mois-ci, est-ce grave ?

L’aménorrhée est l’absence de règles. Elle est naturelle et normale si tu viens tout juste d’avoir tes premières règles, si tu es enceinte, si tu allaites ou si tu es en période de préménopause. De plus, comme on l’a vu, d’autres facteurs peuvent conduire à une perturbation du cycle menstruel, aussi il est important d’en rechercher la cause.

Cependant, sache que la grossesse est la raison la plus fréquente d’absence de règles ; aussi si tu as eu des rapports non protégés, il est nécessaire de réaliser un test de grossesse.
Combien de temps durent les règles ? De manière générale, chez Loop on t’invite à consulter un spécialiste si tu constates des règles irrégulières, des saignements trop importants ou si tu ressens des douleurs pelviennes.     

 

publié le 25 juin 2020

Les règles : quézako ?

Tous les mois, à partir de la puberté et jusqu’à la ménopause, des écoulements sanguins surviennent chez la femme : ce sont les règles (que l’on appelle aussi menstruations) ; d’une durée de 3 à 7 jours et de quantité variable, elles sont la traduction que le corps de la femme est apte à recevoir une grossesse.

Pourquoi a-t-on ses règles ?

L’apparition des règles signifie que le système de la femme est arrivé à maturité : en d’autres termes, il est prêt à accueillir une grossesse. Les règles sont donc un phénomène naturel et normal qui signifie que ton corps est en parfaite santé. Chez Loop, on ne te le dira jamais assez : les règles ne sont pas sales et elles permettent la vie !

Généralement, les premières règles arrivent entre 10 à 16 ans ; ces premiers cycles sont bien souvent irréguliers : tu peux ne pas avoir de règles pendant plusieurs mois ou, au contraire, les avoir de façon rapprochée. Ces premières règles prennent la forme d’un léger saignement de couleur rouge ou brune. Il est important de ne pas s’inquiéter : c’est tout à fait normal !

Que se passe-t-il durant le cycle menstruel ?

Afin de comprendre ce que sont les règles, il faut s’intéresser au cycle menstruel. Le cycle menstruel comprend la période allant du premier jour des règles jusqu’au premier jour des règles suivantes. La durée moyenne du cycle menstruel est de 28 jours. Il peut aussi être plus court ou plus long (il peut aller de 21 à 35 jours) : sa durée varie d’une femme à une autre.

Durant la première moitié du cycle, un ovule est libéré de l’ovaire, il descend le long de la trompe de Fallope et se dirige en direction de l’utérus. Dans le même temps, les ovaires sécrètent des hormones qui ont pour but d’épaissir et de tapisser d’une muqueuse la paroi de l’utérus  (appelée endomètre). Ces éléments, ovaire et muqueuse utérine, sont nécessaires pour accueillir une éventuelle grossesse.

S’il n’y a pas de grossesse (c’est-à-dire que l’ovule n’a pas été fécondé par un spermatozoïde), l’ovaire réduit sa production d’hormones. Cette chute hormonale engendre le détachement du surplus d’endomètre et son évacuation par le vagin : ce sont les règles. Une fois ce cycle terminé, un autre recommence, et ainsi de suite.

Le SPM, c’est quoi ?

Le SPM (syndrome prémenstruel) est un ensemble de manifestations physiques et émotionnelles annonçant l’arrivée des règles. Le SPM intervient généralement entre 2 à 7 jours, voire 14 jours, avant les règles. Il disparaît avec l’arrivée des menstruations ou quelques jours après.

Le spectre des symptômes associés au SPM varie d’une femme à l’autre. Certaines ne notent aucun changement significatif alors que d’autres connaissent un certain inconfort voire un véritable bouleversement comme une fatigue importante, des fringales, des douleurs (au ventre, à la tête, en bas du dos, articulaires), un gonflement du bas-ventre, de l’irritabilité ou de la tristesse, des seins gonflés ou sensibles, de l’acnée, des bouffées de chaleur, une diminution de la libido, etc….
Le plus souvent ce syndrome prémenstruel peut être soulagé par un mode de vie sain, une bouillotte, du repos voire des antidouleurs en vente libre. Si ce n’est pas le cas et que ton SPM t’empêche de vivre normalement, chez Loop, on te recommande de consulter ton médecin ou ton gynécologue. 

Les règles douloureuses

Avoir ses règles n’est pas toujours agréable. Il est possible que tu ressentes de l’inconfort voire des douleurs. Il s’agit, la plupart du temps, de douleurs au niveau du bas ventre. Ces crampes abdominales s’expliquent par la production de prostaglandines qui permettent la contraction de l’utérus afin d’évacuer la muqueuse utérine.

Or, ces prostaglandines se diffusent dans le sang et peuvent entraîner d’autres symptômes plus ou moins désagréables comme un mal de tête, un changement d’humeur, des ballonnements, une transpiration plus abondante, de la diarrhée, etc… 

Que tu ne présentes aucun symptôme ou que tu en es un ou plusieurs, il n’y a pas de raison de s’inquiéter. A l’inverse, si ces symptômes sont trop violents et te font souffrir chaque mois, il est important d’en parler à ton médecin ou ton gynécologue afin de trouver une solution à tes règles douloureuses !

L’endométriose

L’endométriose est une maladie chronique qui touche entre 5 à 20% des femmes en âge de procréer. Chez presque toutes les femmes, à la fin du cycle menstruel (au moment des règles), des cellules remontent et migrent vers les trompes de Fallopes pour se disperser dans l’abdomen. C’est ce que l’on appelle le reflux menstruel. Dans la majorité des cas, notre système immunitaire élimine ces cellules qui ne sont pas à leur place. Or, lorsqu’une femme est atteinte d’endométriose, ces cellules ne sont pas éliminées et le tissu endométrial se développe hors de l’utérus. Il se greffe sur certains organes et crée des adhérences, des lésions ou des kystes ovariens. Il s’agit d’une maladie particulièrement complexe car elle se développe différemment d’une personne à une autre.

Tu désires en savoir plus à ce sujet ? Nous lui avons consacré un article sur notre blog : “L’endométriose, c’est quoi ?”.

Les règles abondantes

Une femme perd en moyenne l’équivalent de 4 cuillères à soupe de sang durant ses règles. Cet écoulement peut être plus faible ou plus abondant : nous sommes toutes uniques. C’est pourquoi, chez Loop, on te propose des culottes périodiques adaptées à tous les cycles menstruel et moments de la journée. Si tu as un flux abondant, nous te conseillons notre culotte Oslo qui offre une protection équivalente à trois tampons.

A-t-on toujours ses règles ?

Toutes les femmes n’ont pas leurs règles ; en effet, le cycle menstruel disparaît principalement à deux moments de la vie d’une femme : lorsque celle-ci est enceinte ou lorsqu’elle atteint l’âge de la ménopause.

A la suite d’un rapport sexuel non protégé et si les règles ne surviennent pas, il est nécessaire de réaliser un test de grossesse.

Cependant, d’autres éléments peuvent conduire à la disparition des règles comme la contraception (stérilet hormonale, implant contraceptif, pilule microprogestative…), l’allaitement, une perte de poids importante, la fatigue, le stress ou encore une maladie grave.

Les protections féminines

Il existe plusieurs méthodes de protections hygiéniques : tampons, serviettes hygiéniques, cups… Or, les règles ne sont pas toujours un moment agréable à passer aussi pour mieux les vivre et surtout les dédramatiser, on te propose nos culottes menstruelles. Nos culottes sont confortables, respectueuses de l’environnement et offrent une protection optimale jusqu’à 12 heures. Elles sauront se faire oublier tout au long de la journée pour que tu puisses continuer à mener ta vie comme tu l’entends !

Sache enfin que certaines femmes optent pour le flux instinctif libre. Cette méthode consiste à vivre ses règles sans avoir recours à des protections hygiéniques. Le principe en est simple : être à l’écoute de son corps pour sentir le flux arriver dans le vagin et l’évacuer naturellement en se rendant aux toilettes.

Quelques croyances à travers le monde

Même si les règles restent encore pour beaucoup de personnes un sujet tabou, il est important de les désacraliser et d’en parler ! Chez Loop, on ne te le dira jamais assez : avoir ses règles c’est tout à fait normal et il n’y a rien de honteux là-dedans ! 

De tous temps, le tabou du cycle menstruel a donné corps à de nombreux mythes de par le monde. Si certaines de ces croyances peuvent prêter à sourire d’autres, au contraire, sont synonymes d’interdictions voire de rejets. En effet, certaines croyances affirment que les règles rendent la femme impure et conduisent même à son exclusion du foyer.

On peut toutefois regrouper plusieurs mythes, c’est notamment le cas de ceux liés à la cuisine. En Argentine, il serait impossible de réaliser une crème fouettée, en France de monter une mayonnaise, au Japon de devenir maître sushi car les règles conduiraient à la perte de l’équilibre du goût. De même, la chevelure serait elle aussi impactée par les règles : aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, on déconseille de réaliser une permanente avant d’avoir eu ses premières règles, en Inde, en Colombie ou au Brésil, se laver les cheveux en ayant ses règles poserait problème…

Loop : pour ne plus vivre ses règles comme une contrainte

Heureusement, les règles sont un sujet de moins en moins tabou. Il est important d’en parler pour accepter et s’accepter telle que l’on est car on passe toutes par là. Chez Loop, nous avons justement pour ambition d’aider toutes les femmes à se libérer du sujet des règles pour vivre leur cycle naturellement sans avoir à se cacher. Notre culotte menstruelle te permet de rester indépendante, sûre de toi et féminine ! En choisissant Loop tu ne vivras plus tes règles de la même façon !

publié le 22 mai 2020

Le système reproducteur féminin et ses organes

Nous possédons toutes un système de reproduction et pourtant nos premiers cours de SVT nous paraissent parfois bien loin… Quel est son fonctionnement et celui des organes qui le composent ? On vous dit tout le plus simplement et le plus brièvement possible dans cet article ! 

Le système reproducteur féminin 

Composé notamment de la vulve, du vagin, de l’utérus, des trompes et des ovaires, le système de reproduction féminin est à lui tout seul, capable de petites merveilles.

C’est en partie grâce à lui, qu’à la puberté se déclenchent les règles pour une femme et ce, jusqu’à la ménopause.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Néanmoins il n’est pas toujours facile de comprendre exactement comment celui-ci ou les organes génitaux qui le composent, fonctionnent. Focus sur ces différents organes !

Les ovaires 

Une petite fille, dès la naissance, possède normalement deux ovaires. Ces organes sont deux petites « boules » de la taille d’une cerise à la naissance, puis d’un abricot vers l’âge de 10 ans et sont situés de part et d’autre de l’utérus, à proximité des trompes de Fallope. Ils contiennent environ 400 000 follicules.

À partir de la puberté, à chaque cycle menstruel, un ovaire (gauche ou droit) amène un follicule à maturité et libère un ovule. Ce dernier est expulsé vers la trompe de Fallope, c’est là que cette cellule pourra éventuellement être fécondée par un spermatozoïde.

Les ovaires produisent aussi les hormones sexuelles féminines, à l’origine du développement des caractères sexuels secondaires : seins, silhouette, voix, pilosité. Elles orchestrent le cycle menstruel féminin, l’ovulation et surtout les règles de la puberté jusqu’à la ménopause = en moyenne 5 jours par mois, 60 jours par an, 6,5 ans au cours d’une vie.

L’utérus 

L’utérus est situé dans le bas-ventre de la femme et a une forme triangulaire dont la pointe est dirigée vers le bas, il est relié au vagin par le col de l’utérus. Hors grossesse, sa taille se situe approximativement entre celle d’une fraise (4cm) ou d’une poire (8cm).

Globalement, cet organe est une poche, prévue pour accueillir un embryon pendant 9 mois. Lors d’une grossesse il peut grossir jusqu’à 35cm, soit presque 9 fois sa taille initiale.

La muqueuse interne de la paroi de celui-ci, appelée endomètre, voit son épaisseur augmenter lors des cycles menstruels pour favoriser l’implantation du futur embryon.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Si la fécondation n’a pas lieu, l’endomètre finit par se détruire, provoquant les règles (ce moment tant attendu, où tu enfiles ta culotte menstruelle Loop).

Le savais-tu ? 2 à 3 femmes sur 10 ont un utérus rétroversé, soit à l’envers ! Pas d’inquiétude, cela n’a rien de pathologique, c’est simplement une variante anatomique qui signifie que l’utérus bascule vers l’arrière, sur le rectum plutôt que vers l’avant, sur la vessie.⠀⠀⠀⠀

Le vagin 

Le vagin est un conduit souple qui relie l’utérus à l’extérieur du corps. Une de ses entrées se situe au niveau de la vulve et des petites lèvres, l’autre au niveau du col de l’utérus. En moyenne, sa profondeur est comprise entre 8 et 12 cm.

Cet organe permet la pénétration du pénis lors de la relation sexuelle, mais aussi l’accès des spermatozoïdes à l’utérus par son extrémité, le col de l’utérus : c’est également par ce petit passage (semblable à un donut) que s’écoule le sang des règles.

Le savais-tu ? Les parois du vagin sont élastiques pour s’adapter au passage du bébé lors de l’accouchement mais leur forme peut aussi changer en d’autres occasions. Sous l’effet de l’excitation sexuelle et des hormones délivrées, le vagin se « ballonise », c’est-à-dire que ses parois s’écartent et s’allongent, prenant la forme d’un ballon (un peu comme une érection finalement).

La vulve

Située en bas de l’abdomen, la vulve regroupe l’ensemble des organes génitaux externes de la femme, à savoir : les grandes lèvres, les petites lèvres, le clitoris et son capuchon, l’orifice du vagin ainsi que le méat urinaire.

Ces différents organes ont une fonction sexuelle liée au plaisir puisqu’ils sont richement innervés, spécialement le clitoris dont l’unique fonction est le plaisir et qui est un organe dit « érectile ». C’est pourquoi on le qualifie souvent d’homologue du pénis !

Le savais-tu ? En 2019, presque 4 femmes sur 10 se sentiraient complexées par l’aspect de leur vulve. Pourtant, qu’elle soit petite ou grande, poilue ou épilée, foncée ou claire, chaque vulve est différente et fait de toi une personne unique.

Les seins 

Les seins ne font pas partie à proprement parler des organes reproducteurs de la femme, cependant ils y sont étroitement liés : l’intégralité du tissu mammaire qui les compose est sous la dépendance des hormones.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

C’est d’ailleurs sous l’effet des hormones qu’à la puberté les seins des femmes grossissent tandis que ceux des hommes non.

Tu as déjà ressenti une hypersensibilité ou des douleurs au niveau des seins, ou même observé une augmentation de leur taille ? C’est tout à fait normal et est lié aux changements hormonaux lors de ton cycle menstruel.

Le savais-tu ? Les femmes sont les seuls mammifères à avoir des seins en permanence ! Les autres n’auront de la poitrine que pour nourrir leurs progénitures.

Et voilà, tu es maintenant incollable sur le fonctionnement de ton propre corps 😉

publié le 17 avril 2020

Règles abondantes, les comprendre et mieux les vivre

Chaque femme ou jeune fille est unique, et son flux menstruel l’est aussi. Tu peux avoir des règles à peine perceptibles, des flux abondants ou simplement des menstruations qui s’étalent sur plus longtemps… Tout l’enjeu pour toi est de bien comprendre tes règles afin d’être en mesure de mieux les vivre.

Loop souhaite accompagner les femmes dans chaque étape de leur vie, notamment en leur proposant des protections hygiéniques adaptées, féminines et confortables même en cas de règles abondantes. Tu as des questions sur la ménorragie (règles abondantes) ou n’arrives pas à gérer cet aléa ? Loop est là pour te faire dédramatiser tout ça !

Qui a dit qu’il fallait avoir honte d’avoir ses règles ?

Règles abondantes : quézako ?

Quand parle-t-on de règles abondantes ?

On considère que les femmes ont des règles abondantes lorsqu’elles perdent plus de 80 ml de flux par cycle. On parle alors de ménorragie. Près d’un tiers des femmes sont concernées.

Petit cours de médecine, savais-tu qu’il existait différentes sortes de ménorragies ? Voici lesquelles :

  • Un flux très abondant mais des règles de durée normale : on parle d’hyperménorrhée
  • Un flux d’abondance normale mais des règles trop longues : on parle macroménorrhée
  • Des règles très abondantes et trop longues : on parle de polyménorrhée.

Si ces termes médicaux peuvent faire peur, les règles abondantes ne sont pas pour autant graves. Loop te dit tout ce qu’il faut savoir et les bonnes questions à se poser. 

​Les causes des ménorragies

Les flux varient en fonction des personnes, de leur âge ou des différentes périodes de la vie, comme lors des premières règles, à la puberté, suite à la pose d’un stérilet en cuivre, en cas de changement de contraceptifs oraux, en pré-ménopause ou en post-accouchement. Il s’agit bien souvent d’une question d’hormones, et notamment de progestérone et d’œstrogène.

En effet, un taux de progestérone faible implique le développement des œstrogènes, et un taux élevé d’œstrogène peut entraîner une augmentation du flux menstruel.

De gauche à droite : nos modèles Boulot, Métro et Dodo !

Faut-il consulter ?

La plupart du temps les règles abondantes sont parfaitement bénignes, il suffit de trouver la bonne protection. Cependant, d’autres facteurs plus graves peuvent être à l’origine de règles abondantes. Si cette perte de sang te semble anormalement importante, il est nécessaire de consulter ton médecin. Un professionnel de santé peut t’aider et t’accompagner dans la recherche de solutions.

Lorsque tu ne parviens pas à les gérer, les règles abondantes peuvent avoir certaines conséquences sur ta qualité de vie : absentéisme (scolaire ou professionnel), carence en fer, fatigue intense, maux de tête, impacts sur la vie sexuelle, gêne sociale… Heureusement, plein de solutions existent !

Quelle solution hygiénique pour mieux vivre les règles abondantes ?

En cas de règles abondantes, si tu utilises des tampons ou des serviettes, tu devras peut-être les changer toutes les 2 heures, voire toutes les heures. En effet, les tampons les plus absorbants peuvent recueillir jusqu’à 15 ml – ce qui est assez faible. Qui plus est, ces options sont très peu écologiques, et chez Loop, on chérit notre environnement.

C’est pour ces raisons que l’on te conseille nos jolies culottes de règles ! Certains de nos modèles, comme la culotte Oslo, peuvent tenir jusqu’à 12h et sont donc parfaits si tu souffres de ménorragie. Tu ne seras ainsi plus jamais soucieuse des éventuelles tâches de règles au réveil et même en journée !

Notre modèle Dodo, parfait pour les règles abondantes !

Tu es l’unique personne à décider de la protection hygiénique qui te convient le mieux, mais sois en certaine : la culotte menstruelle pourrait bien vite s’avérer indispensable pour vivre tes menstruations avec simplicité et confort !

Chez Loop, on t’accompagne dans toutes les étapes de ta vie en te permettant de rester zen à chaque instant et de continuer à vivre comme si de rien n’était. Ce n’est pas parce que tu dois faire face à des règles abondantes que tu ne peux plus sortir de chez toi, loin de là ! Alors continue de vivre ta vie de femme : sors avec tes amis, va faire du sport ou du shopping. La culotte de règles Loop fera le job, si bien que tu l’oublieras très certainement jusqu’au soir.

publié le 8 avril 2020

La culotte menstruelle : une alternative saine aux autres protections hygiéniques

Au cours de sa vie, une femme jette en moyenne entre 11 000 et 15 000 protections hygiéniques. Sachant qu’un tampon met 500 ans en moyenne à se décomposer, les protections de règles classiques constituent un véritable fléau en termes d’écologie. Heureusement, on t’a trouvé chez Loop une alternative écologique, pratique et révolutionnaire : la culotte menstruelle, une protection périodique lavable !

Pourquoi privilégier la lingerie eco-friendly et la protection périodique lavable ?

culotte menstruelle metro regles herloop

La lingerie est en contact direct avec ta peau, et surtout ton intimité. Certains tissus subissent des traitements qui contiennent des substances toxiques parfois dangereuses pour la santé. Heureusement, il est possible de choisir des dessous plus respectueux de l’environnement et de ton intimité, et même des protections hygiéniques lavables suivant la même logique, à l’instar des culottes de règles.

Par exemple, lors du choix de ta culotte menstruelle, on te conseille d’opter pour des matières premières plus saines, comme le coton mais aussi des produits qui ne contiennent pas de substances toxiques.

Pour se faire, il est préférable de se tourner vers des sous-vêtements labellisés REACH (Réglementation Européenne qui contrôle l’utilisation de substances chimiques dans l’importation et la mise en vente de produits dans l’Union Européenne), Oeko-Tex (exempt de substances toxiques), ou GOTS (coton sans pesticides ou engrais chimiques). Ainsi, tu pourras être certaine qu’aucune substance chimique potentiellement dangereuse pour ta santé ne rentre dans la composition de tes sous-vêtements.

Les culottes de règles HerLoop te suivent quotidiennement pendant 3 à 5 ans. Leur conception, qui allie coton, nylon et polyester fin, permet de canaliser ton flux tout en restant confortables et respectueuses de ton intimité. Les matières évitent les odeurs et réduisent l’impact environnemental.

En effet, en choisissant de porter une culotte menstruelle Loop, tu éviteras à des milliers de protège-slips, serviettes et tampons d’être jetés dans les cours d’eau et de se retrouver dans les sites d’enfouissement. En plus de penser à long terme et de prendre soin de ton environnement, le recours à des protections périodiques lavables offre d’autres avantages.

economies culotte herloop

Par exemple, opter pour des sous-vêtements de règles lavables permet… de faire des économies ! En effet, en 2020, avoir ses menstruations : ça coûte cher. Une boîte de tampons par-ci, un paquet de serviettes hygiéniques par là… L’addition peut rapidement monter en flèche. D’ailleurs, savais-tu que lorsque l’on fait le calcul à l’échelle d’une vie, il y a de quoi être choquée : d’après une étude du Huffington Post (UK), une vie de menstruations coûterait plus de 18 000£, soit 23 500€ !

Pas de temps à perdre pour passer à la protection périodique lavable Loop !

publié le 12 mars 2020

Ma fille va avoir ses règles comment lui en parler – Loop

Expliquer les premières règles à sa fille : que se passe-t-il dans son corps ?

Ta fille s’apprête à avoir ses premières règles ou commence à se questionner ? Ça y est : ton bébé devient une jeune femme ! C’est le moment d’en discuter avec elle. Tout le monde passe par là et échanger sur le sujet permet de dédramatiser le premier cycle menstruel et de ne pas la laisser seule face à cette nouvelle étape de vie et aux différentes protections hygiéniques qui s’offrent à elle. On t’accompagne dans ce moment privilégié avec ta fille chez Loop.

Les premières règles : quand en parler ?

Tu n’es pas sans savoir que les parents ont un rôle essentiel à jouer pour informer les jeunes filles sur le fonctionnement de leur corps. Le thème des règles peut être abordé très tôt, avec simplicité, comme un phénomène normal et attendu, par exemple si ta fille te surprend alors que tu mets une protection hygiénique.

Toutefois, la question doit être abordée plus spécifiquement à la puberté (entre 10 et 16 ans) lorsque la mère sent que les règles vont bientôt survenir, généralement quelques années seulement après le développement des seins et de la pilosité.

Il ne faut pas négliger cette étape de dialogue, car c’est pour toi l’occasion de démontrer à ta fille que tu vois d’un bon œil le fait qu’elle prenne son envol, devienne indépendante, se prépare à tracer sa voie et à vivre sa propre vie de femme, mais que tu la protèges toujours, au besoin. Parler des règles est par ailleurs une façon de te préparer toi-même à cette nouvelle phase : ton petit bébé devient une grande fille !

L’important est de rassurer ta fille, de lui expliquer que les règles ne constituent pas un tabou ni un fardeau et de lui préciser que c’est un processus normal.

Comment aborder ce sujet avec ta fille ?

Tu te demandes comment aborder le sujet des règles ? Par chance, c’est peut-être tout simplement ta fille qui, curieuse, te posera des questions, auquel cas tout est plus simple (à condition de savoir quoi répondre).

Si tu parviens à aborder le sujet tôt avec ta fille, il convient de lui expliquer qu’un jour, elle deviendra une femme, que son corps changera et qu’elle verra tout simplement du sang couler tous les mois et/ou ressentira un certain nombre de symptômes. Insistez sur le fait qu’avoir ses règles est signe d’une maturité physique, et donc de la possibilité d’avoir des enfants. C’est souvent une bonne façon de démystifier le sujet et de le rendre moins « tabou ».

Lorsque tu auras une discussion avec ta fille à ce sujet, tu pourras en profiter pour évoquer les différents moyens de protection hygiénique existants et notamment la culotte de règle. Elle pourra alors garder avec elle, dans son sac à dos, sa culotte de menstruation, pour ne pas se retrouver dans l’embarras le jour J.

Essaie enfin d’aborder les règles de façon très respectueuse avec ta fille, sans jamais rentrer dans son intimité, avec des mots simples.

Parler des règles : c’est loin d’être tabou !

Sérénité et tranquillité sont les maîtres-mots. Il faut démentir l’aspect sale, honteux, impur des règles ou des femmes qui ont leurs règles, plus du tout en adéquation avec nos modes de vie actuels !

Au contraire, explique à ta fille que cela fait partie d’un cycle de vie, que c’est normal et qu’elle peut tout à fait continuer à vivre comme si de rien n’était : aller au sport, faire ses devoirs, partager un goûter avec ses copines…

Chez Loop, on te conseille de l’orienter dans un premier temps vers une culotte menstruelle, laquelle permet d’accueillir les règles en douceur. Cette protection hygiénique est beaucoup moins traumatisante qu’un tampon ou qu’une serviette, et de plus : éco-responsable ! Les jeunes ne sont-ils pas l’avenir pour notre planète ?

publié le 22 janvier 2020

Mes premières règles arrivent comment je me prépare – Loop

Les premières règles : bien commencer son premier cycle

Patienter avant ses premières règles, c’est parfois un peu angoissant, surtout lorsque tu ne sais pas à quoi t’attendre. Ne t’inquiète pas, les premières règles, c’est loin d’être un drame, c’est simplement une nouvelle étape de ta vie ! Si l’idée de perdre du sang peut à première vue impressionner, c’est tout à fait naturel. Tu deviens une jeune femme, comme toutes celles autour de toi, tu es loin d’être la seule : tout le monde passe par là. Voici tout ce que tu dois savoir sur tes premières règles et ton premier cycle menstruel.

Les premières règles : on en parle ?

Les premières règles apparaissent au moment de la puberté, entre 10 et 16 ans. Rassure-toi, si elles tardent, ce n’est pas forcément anormal ! C’est assez variable d’une fille à l’autre. Bien souvent, c’est quelques années après le début du développement des seins et de l’apparition de la pilosité que les premières règles surviennent.

Celles-ci prennent la forme de légers saignements de couleur rouge à marron et durent environ 5 jours. Chaque jeune fille vit ses premières règles différemment. Pour certaines, ce ne sera qu’une banalité, pour d’autres, elles donneront l’impression de devenir une personne un peu différente, de se sentir plus grande tout en restant la même. Dans tous les cas, personne d’autre (que toi) ne les remarquera : cela t’appartient. Lorsque tu as tes règles : ce n’est pas inscrit sur ton visage !

Au départ, tes règles seront assez irrégulières. Elles pourront apparaître de façon rapprochée ou, au contraire, être absentes pendant plusieurs mois. Encore une fois : pas de quoi s’inquiéter, cela peut prendre du temps à se mettre en place. À terme, tu auras tes règles une fois par mois, à chaque cycle menstruel.

Les premières règles : c’est douloureux ?

Pas forcément ! C’est assez variable. De nombreuses jeunes filles s’étonnent même, la première fois, de constater qu’elles ont leurs règles. Toutes les femmes ne ressentent pas les mêmes douleurs

Chez certaines, il peut s’agir de légers maux de ventre, de ballonnements ou de douleurs localisées. D’autres en revanche ne ressentent absolument rien ! Si les douleurs te semblent trop vives, n’hésite pas à consulter ton médecin afin de trouver une solution adaptée.

Comment te préparer à tes premières règles ?

Déjà en t’informant ! S’il n’existe aucune façon de prédire exactement l’âge des premières règles, les comprendre et les dédramatiser peut constituer la première étape. En effet, lors de la puberté, ton corps change : poussée de croissance, cheveux et peau gras, acné, développement de la poitrine, apparition des poils…Ce sont les premiers signaux jugeant du fait que tu deviens adulte !

Dès lors, il convient de t’équiper de produits d’hygiène féminine de ton choix. Tu as sans doute déjà entendu parler des tampons, des serviettes, des cups et des protège-slips, mais as-tu déjà pensé à une culotte de règles ? Ce sous-vêtement menstruel ultra fin, élégant et confortable, est confectionné pour que tu te sentes belle et à l’aise pendant tes règles. Et contrairement aux protections hygiéniques classiques, il n’y a pas d’odeur, une véritable révolution ! Elle peut même t’accompagner lors de tes séances de sport tout en restant discrète et ergonomique.

En garder dans ton sac peut être particulièrement pratique si tes premières règles surviennent dans un lieu public (à l’école par exemple).  

Si tu as des questions il y aura toujours un adulte (ou une copine) qui pourra t’aider. Encore une fois : avoir ses règles n’est pas une honte, si tu te retrouves dans l’embarras le jour J : n’hésite pas à demander à une tierce personne de te « dépanner » afin d’éviter la petite tache disgracieuse sur ton pantalon.

Si malgré tout, tu es particulièrement préoccupée par tes premières règles, n’hésite pas à en parler avec ton médecin, l’infirmière de l’école, une copine, une cousine, ta sœur ou ta mère !  

Loop toujours là pour toi !

Toi seule est en mesure de décider de la protection hygiénique qui te convient le mieux ! Cela dépend de ton mode de vie et de l’aisance que tu as avec ton corps ! Loop te conseille cependant d’opter pour la simplicité et la sécurité avec la culotte menstruelle

Ce mode de protection est selon nous beaucoup plus simple pour vivre tes premières règles au collège, surtout notre culotte « Firstloop », adaptée aux adolescentes qui découvrent la puberté.Tu as tes règles ? Et alors ? Loop t’accompagne dans cette étape de vie en te permettant de rester zen à tout instant et de continuer à vivre comme si de rien n’était. Ce n’est pas parce que tu as tes règles que tu ne peux plus sortir de chez toi, loin de là ! Alors, continue de vivre ta vie : sors avec tes amis, va faire du sport ou du shopping. La culotte menstruelle FirstLoop débarque bientôt, elle fera le job, si bien que tu l’oublieras très certainement jusqu’au soir.

publié le 10 janvier 2020

Tout savoir sur tes règles : leur lexique – Loop

Le lexique des règles : tout savoir sur tes menstruations.

Notre objectif chez Loop est que tu sois totalement en phase avec tes règles. On te propose donc de venir découvrir la définition de quelques mots, qui sonnent parfois étranges, mais qui constituent l’univers des règles !  C’est parti.

Je parle « règles », tu parles « règles », nous parlons « règles » !

Voici quelques termes liés aux règles qu’il est important de connaître.

SPM – Syndrome prémenstruel

Le syndrome prémenstruel (SPM) est un ensemble de manifestations physiques, mentales et émotionnelles ressenties par certaines femmes dans les 2 à 10 jours précédant les menstruations. Il est complexe de définir précisément le SPM puisque ses symptômes varient énormément de forme et d’intensité d’une personne à l’autre.

Spotting

Le terme anglais « spotting » (signifiant littéralement « tache ») désigne des saignements vaginaux survenant en dehors de la période des règles. Ces pertes de sang sont moins abondantes que les règles, indolores, sans gravité et généralement de couleur plus foncée. 

Menstruation

La menstruation, aussi appelée période de règles, est le saignement vécu par les femmes lorsque l’ovule, expulsé de l’ovaire pour être fécondé, n’est pas fécondé. La menstruation intervient dans la dernière phase du cycle menstruel, appelée phase post-ovulatoire.

Dysménorrhée

La dysménorrhée est le terme médical pour désigner les crampes menstruelles au bas-ventre, qui s’étendent parfois jusqu’à la région lombaire, aux hanches et aux jambes. La plupart du temps, elles débutent un peu avant ou au commencement de la période menstruelle et durent jusqu’à 3 jours.

Ménorragie

On parle de ménorragies lorsque les règles ont une durée supérieure à 7 jours. Les ménorragies se caractérisent par la présence d’un flux sanguin plus rouge, accompagné de caillots et se prolongeant au-delà de la durée normale des règles.

Glaire cervicale

La glaire cervicale est un liquide visqueux fabriqué par les glandes de l’endomètre du col de l’utérus chez la femme. La glaire cervicale est formée d’un réseau de filaments protéiques ressemblant à un filet.

Ovulation

L’ovulation correspond à la libération d’un ovule prêt à être fécondé par un spermatozoïde, en général vers le 14ème jour du cycle menstruel chez la femme.  L’ovulation est un processus continu depuis la puberté jusqu’à la ménopause.

Endométriose

L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente qui concerne une femme sur 10. Elle est liée à la présence de tissu semblable à la muqueuse utérine en dehors de l’utérus. Si la maladie peut être asymptomatique, elle provoque dans certains cas de vives douleurs (notamment au moment des règles) et/ou une infertilité.

Glossaire des différentes protections hygiénique

Les protections hygiéniques sont toujours plus nombreuses du fait de nos modes de vie de plus en plus actifs. Peu importe l’option que tu privilégies, rappelle-toi de changer le produit régulièrement. Voici les protections les plus courantes.

Culotte

Pour finir, on souhaitait te parler de la culotte menstruelle, notre protection de règle préférée chez Loop ! Alternative révolutionnaire aux protections périodiques jetables, la culotte hygiénique dispose de différentes couches absorbantes et imperméables afin de recueillir ton flux menstruel.

Elle s’enfile comme n’importe quelle culotte, et te met à l’abri des taches comme des odeurs ! Très simple d’utilisation et efficace, la culotte de règle est idéale pour les premières règles ou pour les femmes ne souhaitant pas utiliser de protection interne. 

Elle permet également de prêter attention à l’environnement, puisqu’il suffit de la laver pour la réutiliser par la suite (à l’inverse des milliers de tampons et de serviettes jetables qui polluent énormément ta planète). Merci Loop !

Tampons

Les tampons sont des protections périodiques destinées à être insérées dans ton vagin durant les règles et à prendre de l’expansion pour absorber le sang menstruel. Bien que discrets, ces petits bâtonnets de tissus compacts ne permettent pas toujours de continuer à pratiquer toutes leurs activités habituelles pendant tes règles. Ils sont par ailleurs très peu écologiques.

Cup

La « cup » (ou coupe menstruelle) est une protection hygiénique qui se positionne dans le vagin et recueille le flux menstruel sans assécher la flore vaginale. La coupelle menstruelle, généralement en silicone, prend la forme d’un entonnoir doté à son extrémité d’une tige pour l’attraper et la retirer plus facilement. La problématique réside dans le fait qu’elle doit être vidée toutes les 8h à 12h au maximum et nettoyée avec précaution avant d’être réinsérée. De plus, elle mesure entre 40 et 60 millimètres, ce qui peut freiner de nombreuses femmes.

Serviette

Les serviettes permettent aux femmes de préserver leur hygiène intime durant leurs règles et de protéger leurs vêtements des flux sanguins. Elles sont moins discrètes que les tampons et se présentent sous la forme d’une fine couche de tissu très absorbant, qu’il est nécessaire de glisser à l’intérieur de la culotte. Bien qu’elles ne présentent aucune contre-indication médicale, il convient d’en changer régulièrement pour que l’usage reste efficace et hygiénique, et pour éviter les odeurs. Elles laissent parfois des traces visibles peu esthétiques sur le pantalon.

publié le 9 janvier 2020

Comment prendre soin de sa culotte menstruelle Loop ?

La culotte menstruelle Loop permet de vivre tes règles autrement, différemment, plus sereinement. En bref : c’est l’avenir de la protection hygiénique ! En effet, une fois portée, tu oublieras rapidement son existence tout en restant protégée toute la journée ! Si on apprécie la culotte menstruelle pour son côté confortable, esthétique et écologique, sache qu’elle est également ultra pratique à entretenir. On te garantit que l’essayer, c’est l’adopter. Voici toutes nos petites astuces et conseils pour en prendre soin au quotidien.

Les bonnes pratiques pour prendre soin de ta culotte de règles

Que ce soit pour tes menstruations ou le spotting, tu es (enfin) passée à la culotte menstruelle ? Bravo ! Tu ne vas pas le regretter. Élégante, ultra absorbante, anti fuite, confortable, éco-responsable, efficace… La culotte de règles n’as que des qualités que tu découvriras rapidement et dont tu ne pourras plus te passer.

Parce que nous souhaitons te simplifier la vie au maximum, chez Loop nous sommes à ta disposition pour t’accompagner dans le changement de tes habitudes en te donnant plein de conseils et de bonnes pratiques pour entretenir ta culotte de règles. Voici tout ce qu’il faut savoir de A à Z.

Comment la laver ?

Pour laver ta culotte menstruelle, il n’y a rien de plus simple, pas besoin d’être une pro de la lessive ! En effet, peu contraignant, l’entretien nécessite simplement un rinçage à l’eau froide jusqu’à ce que l’eau soit claire juste après l’utilisation (bien utiliser de l’eau froide, l’eau chaude pourrait cuire le sang et il serait beaucoup plus difficile à nettoyer). 

Ensuite, il suffit de glisser ton sous-vêtement dans la machine à laver avec le reste du linge (30° ou 40°C à cycle délicat dans l’idéal et sans adoucissant) ou de le laver à la main à l’aide d’un savon doux, en fonction de tes préférences. Si tu optes pour l’option « lessive », tu pourras sans problème mélanger tes culottes avec d’autres vêtements. Tu peux la protéger dans un sac de lavage pour la garder intacte de très longues années. 

Il est conseillé d’éviter le sèche-linge et le repassage. Étends simplement ta culotte et laisse-la sécher à l’air libre, toute seule comme une grande !

Enfin, nous te conseillons de laver ta culotte avant le premier usage afin de stimuler sa capacité d’absorption. La culotte de règles pourra ainsi être utilisée quotidiennement, chez toi, au travail et même en voyage ! Zéro prise de tête.

Combien de temps la garder ?

Ton flux agit directement sur la durée pendant laquelle tu pourras conserver ta culotte menstruelle. Si tu as des flux légers ou normaux, tu pourras porter nos produits toute la journée jusqu’à 12h d’affilée sans risque de fuite, ni d’odeur.

La culotte menstruelle Loop peut également être utilisée en complément d’un tampon ou d’une cup si tu as des flux très abondants et que tu as peur des fuites. De plus, il est tout à fait possible, en cas de gêne, de changer de culotte en cours de journée, si tes règles sont particulièrement abondantes.

Dans la grande majorité des cas, les femmes la conservent toute la journée. Tu peux alors te lever, l’enfiler, puis partir directement profiter de ta journée sans crainte ! Tu  pourras aussi la porter toute la nuit en protection principale, et ce, même en cas de flux abondants, surtout avec notre modèle « Dodo ».  

Si tu as des questions, des recommandations ou que tu souhaites simplement partager avec nous des anecdotes ou des conseils : n’hésite pas ! Nos équipes sont ravies d’avoir des retours d’expériences et se feront une joie de te répondre. Après tout : nous sommes toutes concernées !

publié le 22 novembre 2019


Nous sommes à ton écoute

Une question sur nos produits ? Une suggestion ? Contacte-nous, nous sommes là pour t'aider.

Livraison express

Livraison par Colissimo. Livraison gratuite en France à partir de 60€ d'achat.

Retour gratuit

Un problème dans la taille de ta culotte ? Une erreur lors de ta commande ? Pas de problème, nous sommes là pour te trouver des solutions. N’hésite pas à nous contacter !

Paiement rapide & sécurisé

Commande sans inquiétude, tous les paiements et informations de ce site sont sécurisés.

Newsletter
code promo -10%

Suis notre flux !

Inscris-toi et reçois toutes nos infos, nos conseils et nos messages d'amour + Code promo de 10 % sur ta première commande

Enregistré ! Surveille tes emails... ;)